21/11/2018 15:40
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a accepté mardi 21 novembre la démission d'Erik Solheim, directeur général du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).
>>L'ONU appelle à une utilisation plus responsable des antibiotiques
>>PNUE/UE: lancement d'une nouvelle initiative pour lutter contre la pollution plastique

Erik Solheim, directeur du Programme des Nations unies pour l'environnement à Genève, le 2 octobre. Photo: AFP/VNA/CVN

L'ancien diplomate norvégien a annoncé dans un communiqué posté sur le site internet du PNUE qu'il quitterait ses fonctions à partir de jeudi 23 novembre, après avoir reçu samedi dernier 17 novembre la version finale du rapport d'audit du Bureau des services de contrôle interne (BSCI) de l'ONU sur ses voyages officiels.

M. Solheim, ancien ministre de l'Environnement de Norvège, a récemment été critiqué pour ses nombreux déplacements en avion et pour ses pratiques de management, selon un rapport d'audit préliminaire de l'ONU divulgué aux médias.

Le rapport préliminaire qui a fuité dans la presse a révélé que le PNUE avait dépensé 488.518 dollars américains en voyages officiels de mai 2016 à mars 2018, et que M. Solheim avait passé 529 jours en déplacement en l'espace de 22 mois, soit "un taux d'absence de 79%".

Certains critiques ont cependant reconnu qu'au moins une partie des déplacements de M. Solheim avaient contribué à renforcer la visibilité du PNUE à travers le monde. M. Solheim a espéré que sa décision, prise "après une intense réflexion et en consultation étroite avec le secrétaire général", servirait les intérêts du PNUE et de l'ONU en général.

La Tanzanienne Joyce Msuya, adjointe de M. Solheim, assumera le rôle de directrice générale par intérim du PNUE jusqu'à ce que le Secrétaire général ait trouvé un remplaçant adéquat, a indiqué un porte-parole de l'ONU.
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.