16/06/2020 14:42
Le réseau médiatique sportif qatari beIN a lancé "un plan de licenciement limité" pour ses activités au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, a annoncé lundi 15 juin un porte-parole, évoquant l'impact de la crise du nouveau coronavirus et du "piratage".
>>beIN Sports France veut réduire ses effectifs
>>Canal+ refuse de verser les droits TV à la LFP en avril

beIN Sports lance "un plan de licenciement limité" pour ses activités au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.
Photo : AFP/VNA/CVN

La suspension des grandes compétitions mondiales en raison du confinement imposé à travers le monde pour contenir la pandémie du COVID-19 a sérieusement assombri les perspectives des médias sportifs et des détenteurs de droits.

"Nous avons lancé un programme de licenciement limité pour nos activités au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, qui sera aussi limité que possible, tout en assurant notre avenir à long terme", a déclaré un porte-parole de beIN, sans donner de détails, "les consultations étant en cours".

Ce programme s'explique par le contexte de la crise du COVID-19, venu s'ajouter, pour beIN, au "piratage rampant dans la région" du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, a-t-il ajouté.

Selon des sources proches du dossier, le diffuseur devrait supprimer une centaine d'emplois et réduire certains salaires.

Début juin, la direction de beIN Sports France avait confirmé un projet de réorganisation, qui pourrait entraîner selon le journal L'Équipe la suppression d'une vingtaine de postes.

Le quotidien sportif, qui prévoit 3 ans de pertes, a lui-même annoncé la semaine dernière un projet visant notamment la baisse de 10% des salaires de ses employés.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Revivre les jeux de miniatures à Hô Chi Minh-Ville

Google aide à renforcer la compétence numérique des agences toursitstiques Le Service du tourisme de Hô Chi Minh-Ville en collaboration avec Google a organisé des cours de formation sur la compétence numérique et le marketing numérique aux responsables de la gestion étatique et aux entreprises opérant dans le secteur du tourisme.