17/02/2018 11:01
Selon les mœurs et coutumes des Vietnamiens, le repas du réveillon est d’abord destiné au culte des ancêtres, puis aux retrouvailles familiales. Il est donc indispensable et sacré.
>>Le Nouvel An lunaire et ses coutumes traditionnelles
>>Activités culturelles en l'honneur du Têt 
>>Nouvel An lunaire : le culte des ancêtres dans le Sud
>>Le banh chung - une belle manière de maintenir la coutume traditionnelle

Le repas du réveillon est très recherché et traduit toute la subtilité de la gastronomie traditionnelle.
Photo : NHBC/CVN

Les femmes Hanoïennes sont depuis longtemps réputée pour leur doigté et leur élégance. Lors du Nouvel An lunaire, cette doigté et cette élégance sont plus que jamais manifestées dans l’art culinaire, dont la préparation du repas du réveillon.

Chez les Hanoïens, le repas du réveillon est très recherché et traduit toute la subtilité de la gastronomie traditionnelle. Les mets sont par ailleurs présentés avec finesse. Tout ce, afin d’éprouver une grande vénération pour les ancêtres mais aussi la doigté de la femme dans la famille. L’occasion donc pour les femmes de montrer tout leur talent culinaire. Ce n’est donc pas étonnant si celles-ci désirent ardemment préparer ce repas du réveillon.

À l’approche du Têt, Mme Thanh, habitant rue Hàng Quat, au centre de la capitale, fait ses achats pour préparer ce repas très tôt : "Je me prépare pour le Têt des mois avant l’arrivée du Nouvel An lunaire. Par exemple, il me faut acheter des pousses de bambou très tôt, car cela me permet de choisir les meilleures. Il faut qu'elles soient rebondies, épaisses. On les immerge dans l’eau pendant une semaine avant de les faire cuire. Comme j’achète très tôt les ingrédients, j’ai du temps pour sélectionner les meilleurs mais à un bon prix, alors que si j’en avait acheté à l’approche du Têt, les prix auraient grimpés".

Joie et fierté

Pour les Hanoïennes, les travaux féminins sont bien estimés. C’est pourquoi, pour beaucoup d’entre elles, les préparatifs du Têt ne se réduisent pas à un devoir, mais c’est une joie et une fierté. Chez Mme Pham Hông Liên, habitant rue Bà Triêu, plusieurs générations vivent sous le même toit. Le Têt est aussi pour elle l'occasion d’apprendre à ses filles et à ses belles-filles la confection et la présentation des plats.

Mme Liên confie : "Comme j’étais la fille aînée de la famille, je m’occupais des achats pour le Têt. Bien que la vie était très difficile dans le passé, quand j’avais 16 ou 17 ans, j’accompagnais ma mère au marché lorsqu’elle faisait des achats. Ma mère me montrait chaque fois comment choisir la bonne viande pour confectionner les bánh chung – ces gâteaux carrés de riz gluant farcis de viande et de haricots… Elle m’a appris à bien faire chaque plat, par exemple, il faut acheter des Mylopharyngodon piceus pour faire cuire dans de la saumure de poisson car leur chair est excellente et ferme".

Un repas traditionnel des Hanoïens doit comprendre 4 bols et 6 assiettes.
Photo : Thu Hà/CVN
Pour le repas du réveillon, les Vietnamiens choisissent toujours des produits précieux. Mais à la différence des repas dans d’autres régions du pays, celui préparé par les Hanoïennes est plus fin et recherché, sa présentation est très attrayante, avec des épices différents pour chaque plat. C’est là la caractéristique du repas du réveillon Hanoïen.

Ta Ánh Tuyêt, une gastronome célèbre de Hanoï, indique : "Le repas du réveillon traditionnel des Hanoïens doit comprendre des mets exquis préparés avec les meilleurs produits. À partir de la viande de porc, on peut faire des plats spéciaux, dont la ballottine de dard et d’oreille de porc. On peut aussi préparer des oignons salés et fermentés, qui sont un plat incontournable du Têt. On peut aussi faire un potage avec des pousses de bambou. Tous ces produits cultivés ou élevés par les paysans, après avoir été traités par les Hanoïennes, deviennent des plats délicieux et distingués pour le repas du réveillon, le culte des ancêtres".

Manifeste la prospérité et le bonheur

Un repas traditionnel des Hanoïens doit comprendre 4 bols et 6 assiettes. Les 4 bols sont : un potage à peau de porc soufflée avec des béatilles composées de chou-rave, carottes coupées en petits morceaux épousant la forme des fleurs ; un bol de vermicelle de tolomane au bouillon de poulet ; un potage de pousses de bambou au jambonneau et un potage à viande de porc pillée et aux champignons.

Les 6 assiettes contiennent du riz gluant, du poulet bouilli, du chaud-froid, un plat sauté, du pâté de viande de porc pillée, du poisson cuit dans la saumure de poissons aux galangas… S’ajoute à cela une assiette d’oignons salés et fermentés et une assiette de salade de légumes hachés.

Tous ces plats sont biens disposés et présentés pour régaler l’œil. Le riz gluant aux fruits de momordique tout rouge, les potages sont couverts de ciboule, d’herbes parfumées, l’assiette de salade de légumes hachés a toute couleur : coriandre verte, piment rouge, arachide, chou-rave…

C’est ainsi que le repas du réveillon des Hanoïens est délicieux, nourrissant mais aussi attrayant. Un repas bien préparé, délicieux manifeste la prospérité et le bonheur de chaque famille et les vœux pour une nouvelle année prospère.

Au moment sacré du réveillon, les parents brûlent des bâtonnet d’encens sur l’autel des ancêtres et prièrent pour les meilleures choses à la famille. Le repas du réveillon nous ramène au passé, à l’époque de nos ancêtres, à l’enfance… Et c’est ainsi que la culture gastronomique traditionnelle continue de couler dans l’histoire familiale et nationale. 

VOV/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.