02/01/2021 21:26
Selon le ministre de l'Industrie et du Commerce international (MITI) de la Malaisie, Azmin Ali, le Partenariat régional économique global (RCEP), récemment signé, témoigne de la détermination de renforcer l'intégration économique régionale, de faciliter le commerce et l’investissement transfrontalier ainsi que les efforts pour réduire les barrières non tarifaires, des États membres de l'ASEAN, y compris la Malaisie, et des cinq partenaires de l'Accord de libre-échange (ALE) de l'ASEAN.
>>Le RCEP, la plus grande alliance commerciale du monde
>>La croissance du PIB de la Malaisie en conformité avec celle des pays voisins

Le ministre malaisien de l'Industrie et du Commerce international de la, Azmin Ali. Photo : CTV/CVN

Azmin Ali a cité les données de la Banque mondiale en 2018, selon lesquelles, le RCEP est le plus grand accord de libre-échange avec 2,2 milliards de personnes, soit 29,7% de la population mondiale et contribue à 24,8 billions d'USD, près d'un tiers (28,9%) du PIB mondial.

Le responsable du MITI a également affirmé que le RCEP pouvait promouvoir la reprise économique régionale post-COVID-19 en ouvrant les marchés, en augmentant les investissements, en facilitant le commerce et l'intégration, en particulier facilité de l'intégration des petites et moyennes entreprises dans la chaîne de valeur régionale.

En ce qui concerne l'économie malaisienne, le ministre a souligné que, malgré tous les défis et incertitudes de l'économie mondiale dus à l'épidémie de COVID-19, le PIB de son pays n'avait baissé que de 2,7% au cours du 3e trimestre, selon un rapport de la Banque centrale de Malaisie.

Le RCEP a été signé le 15 novembre lors du 4e Sommet du RCEP, qui a eu lieu en ligne dans le cadre du 37e Sommet de l'ASEAN et des réunions connexes, qui ont lieu du 12 au 15 novembre au Vietnam.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

COVID-19 : la stratégie de Hanoï pour relancer le tourisme en 2021 Comment sauver le tourisme suite à la crise sanitaire ? Hanoï et ses acteurs touristiques ont déjà préparé un plan de relance pour 2021. Le cap est clairement fixé : le marché intérieur !