09/01/2020 19:07
Le président indonésien Joko Widodo s'est rendu mercredi 8 janvier à l'archipel de Natuna et a souligné la souveraineté de l'Indonésie sur ces îles.

>>L’Indonésie et les EAU vont conclure des accords de près de 19 milliards d'USD
>>Indonésie : Joko Widodo annonce la liste du nouveau cabinet
 

Le président indonésien Joko Widodo. Photo : VNA/CVN


S’adressant à la presse sur l'île de Natuna Besar, le président Widodo a déclaré que Natuna faisait partie du territoire indonésien, cela ne faisait aucun doute et qu’il n'y avait aucune négociation sur la souveraineté indonésienne.

Il s'agit de la 4e visite du président Widodo aux îles de Natuna et la première depuis qu'il a commencé son deuxième mandat à partir d’octobre 2019.

Le président indonésien a fait cette déclaration dans le contexte où l'opinion publique indonésienne et internationale s’intéressait  ces deux dernières semaines à la question d’îles Natuna après l'incursion de navires de pêche chinois dans la zone économique exclusive (ZEE) de l’Indonésie.

S'exprimant à la base navale de Raden Sadjad dans le district de Natuna, le commandant en chef de l’Armée indonésienne, le Maréchal, Hadi Tjahjanto a déclaré que les navires étrangers étaient autorisés à traverser la ZEE indonésienne, conformément au droit international , mais n’étaient pas autorisés à y pêcher.

Selon les médias locaux, l'Indonésie a déployé un total de quatre avions de chasse F16, huit navires de guerre pour patrouiller dans les eaux de Natuna. En outre, le pays a envoyé des centaines de navires de pêche de l'île de Java pour opérer dans les eaux de Natuna afin d'affirmer sa souveraineté.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

COVID-19 : Quang Nam, une destination sûre et conviviale Jusqu'à présent, il n'y a eu aucun cas de COVID-19 dans la province centrale de Quang Nam. Par conséquent, toutes les activités touristiques dans cette locailité se déroulent toujours normalement. C’est ce qu’a déclaré mercredi 19 février le président du Comité populaire provincial Lê Tri Thanh.