07/06/2021 21:48
Le président Nguyên Xuân Phuc, chef du Comité central de pilotage de la réforme judiciaire, a demandé lundi 7 juin aux responsables de la Cour populaire suprême d’engager une réflexion sur un projet visant à améliorer le fonctionnement de la Cour populaire suprême.

Le président Nguyên Xuân Phuc a émis cette demande en travaillant avec le comité chargé des affaires du Parti de la Cour populaire suprême sur le projet de rénovation de la structure organisationnelle des tribunaux populaires vers la compacité et l’efficacité conformément à la résolution du 6e plénum du Comité central du Parti du XIIe mandat pour répondre aux demandes de la nouvelle situation.

Le président de la République Nguyên Xuân Phuc (debout). Photo : VNA/CVN

Le chef de l’État a souligné le rôle central de la Cour populaire suprême dans la réforme judiciaire et a demandé aux rédacteurs du projet de proposer des solutions visant à optimiser le fonctionnement et l’organisation des tribunaux populaires. Ce projet constitue la première étape pour construire une feuille de route pour la réforme judiciaire en 2021-2030, avec une vision jusqu’en 2045 dans l’esprit de la résolution n°49 du Bureau politique publiée en 2005.

En conséquence, il y aura deux phases, la première se déroulant d’ici 2022, axées sur les réformes internes, préliminaires et pilotes ; et la seconde après 2022, destinée à redéfinir le statut juridique, les activités, les contenus et les procédures.

Le chef de l’Etat a souligné que le contenu important énoncé dans la résolution N°49 du Bureau politique consiste à perfectionner l’organisation et l’appareil des organes judiciaires, avec l’accent est mis sur la construction et le perfectionnement de l’organisation et du fonctionnement de la Cour populaire suprême.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.