16/08/2021 20:05
La pandémie de COVID-19 qui a duré un an et demi l'an dernier, ne peut pas retarder la réforme de la restructuration économique du pays, a déclaré le président indonésien Joko Widodo dans son discours devant le public le 16 août.
>>Indonésie : le président Jokowi dit que le COVID-19 pourrait aggraver l'économie nationale
>>Indonésie : 640 médecins meurent de la COVID-19

Le président indonésien Joko Widodo.
Photo : AFP/VNA/CVN

Selon Joko Widodo, le gouvernement indonésien se concentre sur la création de nouveaux emplois de qualité.

L'investissement est l'un des piliers de l'économie nationale et permet d'absorber la main-d'œuvre. Ce premier semestre, le total du capital d'investissement a atteint 442.800 milliards de roupies (près de 30,8 milliards d'USD), sans inclure les secteurs de l'exploration gazo-pétrolière et des services financiers. Ces projets d'investissement ont employé plus de 620.000 travailleurs.

Le président Joko Widodo a exprimé son espoir que le capital d'investissement total de cette année s'élèvera à 900.000 milliards de roupies, contribuant à créer de nombreux nouveaux emplois et à promouvoir le développement économique.

Dans son discours, il a également souligné l'importance de la transformation économique basée sur l'innovation et la technologie, pour s'orienter vers une économie verte et durable.

Le gouvernement indonésien a l'intention de construire une zone industrielle verte dans la province de Kalimantan du Nord qui utilisera totalement des énergies propres fournies par la centrale hydroélectrique installée sur le fleuve Kayan.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus dans l’objectif du photographe Trần Bích

Le secteur touristique de Hanoï s'adapte à la nouvelle situation Si la 4e vague de COVID-19 a fortement impacté le tourisme au Vietnam, entre autres à Hanoï, elle a également ouvert des opportunités pour restructurer cette industrie, changer les approches du marché et aligner les produits sur la demande des voyageurs et la réalité.