07/03/2018 18:34
Le président français Emmanuel Macron a dévoilé mardi 6 mars son plan prison, dans le contexte de la détérioration de l'insécurité carcérale et de la colère des surveillants.
>>Indignation en France après le passage à tabac de deux policiers
>>Nouvel An : deux policiers agressés dans le Val-de-Marne et des véhicules incendiés

Le président français Emmanuel Macron.
Photo : Xinhua/VNA/CVN

"Les peines inférieures ou égales à un mois seront proscrites, parce qu'elles ne servent à rien. Elles ne permettent aucun contrôle, aucun suivi, et nous ne pouvons plus nous permettre une justice symbolique. Nous voulons tous une justice efficace", a expliqué M. Macron à Agen, chef-lieu du département du Lot-et-Garonne (Sud-Ouest).

En revanche, M. Macron s'est montré ferme concernant les peines au dessus de six mois. "Lorsque le juge aura prononcé des peines de prison de plus de six mois, il n'aura plus d'aménagement automatique (...). Au-delà d'une peine de prison d'un an, le juge d'application des peines ne sera plus saisi, car il n'y aura plus d'aménagement", a-t-il indiqué.

Cette politique de la peine permettra de faire preuve de la fermeté nécessaire pour protéger les citoyens, en luttant contre la récidive, en écartant les personnes qui doivent l'être parce qu'elles ont commis des faits qui le justifient, a estimé M. Macron. Il a promis que les victimes ne seront pas oubliées, et que les crédits pour les accompagner vont augmenter au cours du quinquennat pour atteindre un volume triple de ce qu'ils étaient en 2012.

Le second pilier des transformations à conduire est relatif à la dignité du détenu. "On est condamné à la prison parce qu'on a commis quelque chose de grave, mais on n'est pas condamné à perdre tous ses droits, sa dignité ou à vivre à trois dans 9m²", a rappelé M. Macron, tout en précisant qu'il faut faire de la prison un temps utile et un lieu de dignité. Le premier qui a trait à cette dignité est, selon lui, la surpopulation carcérale.

M. Macron a annoncé la création de 1.100 postes supplémentaires de surveillants de prison et 1.500 postes de conseillers de réinsertion. En ce qui concerne les places de prison, M. Macron a pris l'engagement de poursuivre le projet de 1.500 places de prison lancé par son prédécesseur François Hollande. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.