12/10/2017 17:37
Le chef de l'État français Emmanuel Macron a annoncé plusieurs mesures en faveur des agriculteurs mercredi 11 octobre dans le cadre des États généraux de l'alimentation à Rungis dans le Sud de Paris pour notamment augmenter la rémunération des agriculteurs.
 >>France : le commerce équitable s'implante aussi chez les paysans "du Nord"
>>Diminution des subventions agricoles européennes, une "erreur majeure", selon Paris

Le président Emmanuel Macron a présenté plusieurs mesures pour venir en aide aux agriculteurs. Photo : AFP/VNA/CVN

"Nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix qui partira du coût de production" a-t-il déclaré, confirmant la volonté du gouvernement français de rééquilibrer la répartition des coûts entre producteurs, industriels de l'agroalimentaire et distributeurs.

"La priorité est de s'assurer que les exploitants agricoles puissent vivre du prix payé" a affirmé Emmanuel Macron. "Il est indispensable de revisiter nos équilibres actuels car il en va des capacités de notre pays à continuer à porter son excellence alimentaire (...) notre gastronomie, notre artisanat sur leurs marchés internationaux" a-t-il indiqué. "Il n'y aura pas de modèle agricole ou agroalimentaire durable en considérant que les problématiques sanitaires et environnementales sont le problème des autres (...) le problème du glyphosate est le problème de tous : de l'ouvrier agricole jusqu'au consommateur final" a-t-il souligné, rejetant la procrastination qui mènera à des "scandales sanitaires" et "tôt ou tard, à la responsabilité collective".

Dans la perspective de lancer les premières négociations commerciales annuelles dès le mois de novembre prochain, le président français a indiqué avoir demandé "un engagement de toutes les parties prenantes en ce sens, avant la loi, pour que ces négociations reflètent l'esprit de la loi à venir, sous l'autorité des ministres". Il a demandé aux producteurs de se regrouper "massivement" par secteur comme celui du lait, annonçant que certains dispositifs d'aide seront alloués proportionnellement à la taille des regroupements.

Emmanuel Macron s'est dit pour une stratégie d'export. Emmanuel Macron a également affirmé être favorable au "relèvement du seuil de revente à perte" pour lutter contre les prix abusivement bas pratiqués par plusieurs distributeurs mais a demandé en contrepartie aux agriculteurs "de conclure pour la fin de l'année des plans de filières". "Collectivement dans toutes les filières nous avons protégé des choix absurdes parce que nous n'arrivions pas à régler le problème du prix et des équilibres économiques" a-t-il déclaré, évoquant par exemple des poulets produits dans certaines régions de France qui ne peuvent être qu'exportés car inconsommables dans l'Hexagone.

"Nous devons accompagner les marchés export (...) avec une stratégie export offensif qui exige d'arrêter des productions qui ne correspondent plus à nos besoins (...) ce qui implique de restructurer des filières qui n'ont pas d'avenir" en privilégiant "la qualité" des produits. Le chef de l'État français a réaffirmé l'engagement d'atteindre 50% de produits bios ou locaux en restauration collective d'ici à 2022, et il a évoqué l'attribution "dans le semestre" de 5 milliards d'euros d'aide à l'investissement au secteur agricole, "filière par filière". Une loi sera présentée au premier semestre 2018, qui prendra la forme d'ordonnances "pour aller plus vite" et entrée en vigueur au plus tard à la fin du premier semestre 2018 a indiqué le président français, précisant que sera organisée chaque année du quinquennat, une réunion de tous les acteurs de l'agriculture, "pour procéder à l'évaluation des travaux et de leur mise en œuvre". 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’agriculture bio, une tendance inéluctable au Vietnam

Les circuits touristiques sur l’île de Ly Son Ly Son, surnommée "l’île des fées", est prisée par les touristes vietnamiens et étrangers pour ses panoramas naturels exceptionnels et ses nombreux vestiges historiques et culturels.