12/08/2019 12:43
Le président du Yémen Abd Rabbo Mansour Hadi a rencontré dimanche 11 août le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdulaziz Al Saud, un jour après la prise de la ville portuaire d'Aden par des forces du Conseil de transition du Sud (CTS).
 
>>Yémen: la coalition menée par Ryad frappe les séparatistes du Sud accusés de "coup d'État"
>>Yémen: 12 morts dans des accrochages à Aden

Le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdulaziz Al Saud (droite) et le président du Yémen Abd Rabbo Mansour Hadi (2e, droite) le 11 août à Riyadh.
Photo: Xinhua/VNA/CVN
 
Selon un communiqué publié par l'agence de presse officielle Saba, "le roi Salmane a affirmé qu'il se tenait aux côtés du Yémen, et qu'il rejetait toute menace dirigée contre l'unité et la cohésion sociale du Yémen, dont les agissements du conseil séparatiste".

Un certain nombre de hauts responsables saoudiens, dont le ministre de l'Intérieur, ont assisté à la rencontre, qui s'est tenue à la Mecque en Arabie saoudite, indique le communiqué.

Le président Hadi a remercié l'Arabie saoudite pour le soutien qu'elle avait apporté au Yémen en condamnant ce putsch dirigé contre les institutions de l'État, a déclaré Saba.

Samedi 10 août, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a exigé un cessez-le-feu immédiat à Aden, et a menacé les contrevenants de représailles militaires, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

La coalition a demandé aux groupes armés présents à Aden de se retirer des zones qu'ils occupent depuis quelques jours, et de se tenir à l'écart des propriétés gouvernementales aussi bien que privées.

Un peu plus tôt dans la journée, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a lancé des frappes aériennes contre une position des forces du CTS, après que celles-ci se sont emparées de toutes les bases militaires du gouvernement, et même du palais présidentiel.

Le gouvernement yéménite soutenu par les Saoudiens a accusé les forces du CTS d'avoir organisé ce coup d'État contre le gouvernement légitime du pays avec le soutien direct d'une autre puissance régionale.

Le gouvernement yéménite a déclaré qu'il tiendrait le CTS et les Émirats arabes unis (EAU) - un partenaire clé de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite - pour pleinement responsables des conséquences du coup d'État contre les autorités d'Aden.

La ville portuaire d'Aden, dans le Sud du pays, est presque entièrement sous le contrôle des forces du CTS. De fait, celles-ci sont également alliées à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, en lutte contre les Houthis.

Les combats à Aden ont commencé lorsque des hauts responsables du CTS ont accusé le gouvernement yéménite soutenu par l'Arabie saoudite d'avoir "soutenu les islamistes et transmis des informations aux houthis" après que les houthis ont attaqué une base militaire à Aden, tuant de nombreux soldats et officiers.

"De nombreux civils ont été tués et blessés depuis le 8 août, date à laquelle les combats ont éclaté dans la ville d'Aden. Selon des informations préliminaires, au moins 40 personnes ont été tuées et 260 autres blessées", a déclaré dans un communiqué la Coordonnatrice humanitaire des Nations unies au Yémen, Lise Grande.

Considérée comme la capitale temporaire du Yémen, Aden est le siège du gouvernement yéménite soutenu par les Saoudiens depuis 2015.

Le Yémen, est plongé dans la guerre civile depuis la fin 2014, date à laquelle les houthis ont envahi une grande partie du pays et se sont emparés de toutes les provinces du Nord, dont la capitale, Sanaa.
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 et ce nombre devrait atteindre 47 millions en 2030, soit une croissance annuelle de 9% à 11% durant cette période.