03/09/2016 21:59
Le Premier ministre indien Narendra Modi s'est rendu samedi 3 septembre à la pagode Quan Su, à Hanoï, siège du Comité central de l'Église bouddhique du Vietnam, où il a eu un échange avec les bonzes et bonzesses de l'Académie de bouddhisme du Vietnam.
>>Les relations Vietnam-Inde dans le siècle de l'Asie-Pacifique

Le Premier ministre indien Narendra Modi (centre) rencontre  des bonzes et bonzesses de la pagode Quan Su, samedi 3 septembre à Hanoï.
Photo : Doan Tuân/VNA/CVN

Au nom des plus de 50.000 bonzes et bonzesses et des dizaines de millions de fidèles au Vietnam, le vénérable Thich Thiên Nhân a affirmé que le bouddhisme jouait toujours un rôle de passerelle dans les relations d'amitié entre les peuples vietnamien et indien.

Rappelant l'histoire de la naissance et du processus de développement du bouddhisme au Vietnam, le vénérable Thich Thiên Nhân a souligné que les bonzes indiens étaient les premiers missionnaires à avoir apporté le bouddhisme au Vietnam via les voies commerciales. Cela a créé un lien entre les cultures indienne et vietnamienne.

Il s'est également déclaré convaincu que sous la direction du Premier ministre Narendra Modi, l'Inde connaîtra un développement prospère et qu'elle jouera un rôle de plus en plus important dans l'édification d'un environnement pacifique, stable et de développement dans la région et le monde.

Le Premier ministre Narendra Modi en visite officielle de deux jours depuis vendredi 2 septembre au Vietnam, a affirmé que le monde avait besoin de la paix. Et la paix apportera le bonheur à tous. "Le bouddhisme apporte l'espoir, la lumière, la conviction et la paix", a-t-il ajouté.

À cette occasion, le chef du gouvernement indien a souhaité accueillir des bonzes et bonzesses vietnamiens en Inde pour y étudier le bouddhisme.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.