25/01/2013 00:06
Le secteur de la santé doit mettre en oeuvre de manière synchrone les mesures afin d'améliorer la qualité et l'efficacité de ses activités. L'objectif étant de répondre à la demande croissante dans la protection et les soins médicaux de la population.

C'est en ces termes que s'est exprimé le Premier ministre Nguyên Tân Dung lors d'une vidéoconférence tenue le 24 janvier à Hanoi, consacrée au bilan du travail du secteur de la santé en 2012 et le déploiement de son plan pour 2013.

Le Premier ministre Nguyên Tân Dung (debout) lors d'une vidéoconférence tenue le 24 janvier à Hanoi, consacrée au bilan du travail du secteur de la santé en 2012 et le déploiement de son plan pour 2013.    Photo : Duc Tam/VNA/CVN


Le chef du gouvernement a demandé au secteur de continuer de réorganiser son appareil du ressort central jusqu'à celui local, de consolider et de développer le système de santé, notamment à la base, le réseau de santé préventive, ainsi que de contrôler la qualité des consultations et de traitement des maladies, pour améliorer les soins.

Il a insisté sur la nécessité de prendre des mesures énergiques pour remédier à la surcharge des hôpitaux centraux et provinciaux, notamment spécialisés, en se concentrant sur la construction des infrastructures matérielles, l'utilisation d'équipements modernes, les liens entre médecine moderne et traditionnelle...

Le secteur de la santé doit garantir l'assurance-santé pour tous, remédier au déséquilibre du ratio des sexes à la naissance, renforcer la prévention et la lutte contre les épidémies, le planning familial (accès aux méthodes de contraception notamment)...

L'année dernière, le secteur de la santé a obtenu des résultats positifs dans la protection et les soins médicaux de la population. Les indicateurs démographiques se sont nettement améliorés ces dernières années. L'espérance de vie est actuellement de 73 ans. Et le Vietnam est un des rares pays en voie de développement à avoir atteint les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) 2 à 4 ans avant terme, dont la forte baisse, et ce dès les années 1990, de la mortalité infantile et des enfants de moins de 5 ans, de la mortalité des mères à l'accouchement, du taux d'enfants souffrant de malnutrition, puis la maîtrise du paludisme, du VIH/sida et des épidémies dangereuses...

De plus, le réseau sanitaire a été établi de l'échelle centrale jusqu'à la base. Les activités de la santé préventive ont été renforcées, plusieurs hautes techniques ont été appliquées pour la première fois dans la transplantation hépatique, les greffes du rein, de cornée... au Vietnam. La qualité du personnel médical s'est également considérablement améliorée.

AVI/CVN




Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Hô Chi Minh-Ville vise les 10 millions de touristes étrangers La mégapole du Sud ambitionne d’accueillir 10 millions de touristes étrangers et 35 millions de touristes vietnamiens en 2020, pour un chiffre d’affaires de 165.000 milliards de dôngs.