17/10/2018 08:43
Le Premier ministre arménien réformateur Nikol Pachinian a annoncé mardi 16 octobre sa démission à la télévision, une décision attendue et destinée à convoquer des élections législatives anticipées qu'il souhaite organiser avant la fin de l'année.
>>Arménie: l'opposant Pachinian négocie avec le parti au pouvoir
>>Arménie: après le triomphe populaire, un nouveau gouvernement à trouver

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian lors d'une séance plénière du gouvernement à Erevan, le 16 octobre. Photo: AFP/VNA/CVN

"Mon cher et fier peuple, aujourd'hui, j'ai remis ma démission", a déclaré le Premier ministre arménien réformateur Nikol Pachinian , promettant de "garantir la libre expression de la volonté du peuple lors d'élections législatives anticipées".

Cette décision fait partie de la stratégie de M. Pachinian, qui souhaite lancer des réformes profondes dans ce petit pays du Caucase en marginalisant l'ancienne élite politique et en luttant contre la corruption. Son objectif est de reprendre son poste de Premier ministre, mais cette fois avec le contrôle du Parlement.

Nikol Pachinian est arrivé au pouvoir en mai dernier après avoir mené pendant plusieurs semaines des manifestations massives antigouvernementales, mais il ne contrôle pas le Parlement, encore largement acquis au Parti républicain de l'ex-président Serge Sarkissian, raison pour laquelle il souhaite organiser des élection anticipées.

Après sa démission, le Parlement arménien a deux semaines pour élire un nouveau Premier ministre, selon la Constitution. S'il échoue à deux reprises, le Parlement est dissous et des élections anticipées sont automatiquement convoquées. Les prochaines élections législatives sont pour l'instant prévues en 2022.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La VNA fête ses 75 ans, un flux incessant d’informations officielles

Le tourisme vietnamien pâtit du coronavirus Au troisième trimestre de cette année, environ 44.000 arrivées de visiteurs étrangers ont été recensées au Vietnam, soit 1% du bilan de la même période de l’an dernier, selon l’Office général des statistiques.