20/12/2014 16:05
Le gouvernement portugais a annoncé vendredi 19 décembre contribuer à hauteur de 550.000 euros à l'installation d'un laboratoire mobile de dépistage du virus Ebola en Guinée-Bissau, pays frontalier de la zone d'Afrique de l'Ouest la plus touchée par l'épidémie.
>>Ebola : en tournée en Afrique, le secrétaire général Ban Ki-moon promet le soutien de l'ONU
>>Ebola : Ban Ki-moon prochainement en Afrique de l'Ouest

 

Le docteur allemand Roman Woelfel présente un laboratoire mobile de diagnostic du virus Ebola, financé par l'Allemagne.

Photo : AFP/VNA/CVN


Le Portugal participera à "l'installation et au fonctionnement d'un laboratoire mobile" en réponse à une demande du gouvernement de son ancienne colonie, elle-même épargnée par l'épidémie, a précisé le ministre portugais des Affaires étrangères, Rui Machete.

Le laboratoire, qui contribuera à "régler les difficultés de diagnostic" d'Ebola en Guinée-Bissau, devrait fonctionner dès la fin janvier 2015, a ajouté M. Machete lors d'une conférence de presse à Lisbonne.

En novembre, une équipe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait achevé sa mission d'évaluation dans le pays en concluant que "le système de santé peu performant ne permet pas de faire face à une épidémie d'Ebola", faute de laboratoire et de personnel qualifié.

Bissau avait rouvert le 9 décembre sa frontière avec la Guinée-Conakry, fermée depuis le 12 août en raison de l'épidémie.

Le virus Ebola en Afrique de l'Ouest a fait au moins 6.915 morts sur 18.603 cas recensés depuis décembre 2013, dont plus de 99% en Guinée-Conakry, Sierra Leone et Liberia, selon le dernier bilan de l'OMS arrêté au 14 décembre.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Remise des prix du Concours "Jeunes Reporters Francophones - Vietnam 2018"

Rough Guides suggère des destinations à Hô Chi Minh-Ville Rough Guides, l'un des guides de voyage les plus réputés au monde, vient de partager des expériences passionnantes vécues à Hô Chi Minh-Ville.