23/05/2020 22:33
Les habitants de la commune de Nam Cuong, district de Nam Truc, province de Nam Dinh (Nord) connaissent bien la famille de Nguyên Minh Thiêm, menuisier ayant contribué à l’édification du mausolée de Hô Chi Minh pendant deux ans de 1974 à 1975.
>>La pensée, la moralité et le style de vie du Président Hô Chi Minh toujours valables
>>Une exposition en ligne célèbre le 130e anniversaire du Président Hô Chi Minh
>>Les Vietnamiens rendent hommage au Président Hô Chi Minh

Dès 17 ans, Nguyên Minh Thiêm eut l’honneur de participer à la construction du mausolée du Président Hô Chi Minh pendant deux ans de 1974 à 1975.
Photo : VNA/CVN

La famille de Nguyên exerce la menuiserie depuis des générations. Dès son plus jeune âge, Thiêm fut initié au métier par son père et son grand-père, artisans qualifiés de la région, à l’usage du rabot. Intelligent, habile et travailleur, alors qu’il n’avait que 15-16 ans, Thiêm devint un véritable professionnel. Il accompagna son père et son grand-père dans différentes régions pour fabriquer des lits, des armoires, des poutres, des charrues, métiers à tisser et jouets en bois pour enfant…  Grâce à sa maîtrise précoce, il eut l’honneur de participer à la construction du mausolée du Président Hô Chi Minh, faisant de lui le plus jeune artisan de l’équipe.

En 1974, les autorités firent appel aux menuisiers talentueux du pays pour se réunir dans la capitale afin de construire le mausolée du Président Hô Chi Minh. À l’époque, le père de Nguyên Minh Thiêm, Nguyên Van Ao, était maître menuisier et responsable adjoint de la coopérative de menuiserie Son Lâm, commune de Nam Giang, province de Nam Dinh. Nguyên Van Ao et son fils Nguyên Minh Nghiêm furent élus par les menuisiers de la coopérative Son Lâm comme représentants aux concours des meilleurs artisans de la province. Ensuite, le père et le fils Nguyên ainsi que trois autres menuisiers de la province furent sélectionnés pour participer à l’atelier de menuiserie spécialisé dans le traitement de bois précieux. Cette année-là, Nguyên Minh Thiêm avait 17 ans.

Quarante-cinq ans plus tard, Nguyên Minh Thiêm, 62 ans aujourd’hui, garde de bons souvenirs de cet événement. Dans sa maison, on y trouve les satisfecit du Comité de gestion des travaux du mausolée du Président Hô Chi Minh signés par Dô Muoi (1917-2018) alors chef dudit comité.

Ses journées de travail dans la capitale restent des moments inoubliables pour Nguyên Minh Thiêm. Avant de s’atteler au chantier, les menuisiers apprirent les réglementations relatives au projet et les règles en vigueur. Lors de la première séance de travail, Dào Duc Thanh, alors directeur adjoint de l’usine de bois Câu Duông, chargé de gérer l’atelier de menuiserie déclara : "notre mission est de fabriquer des centaines de portes. Il faut sélectionner la façon la plus optimale de traiter le tenon, afin que les portes soient belles et puissent résister à de fortes pressions".

Le tenon en queue d’aronde

Dans la maison de Nguyên Minh Thiêm, on y trouve les satisfecits du Comité de gestion des travaux du mausolée du Président Hô Chi Minh signés par Dô Muoi (1917-2018) alors chef dudit comité. Photo : VNA/CVN

Les menuisiers mirent du cœur à l’ouvrage pour trouver le meilleur moyen de remplir cette mission. La structure du tenon en queue d’aronde fait par l’artisan Nguyên Ngoc Ao fut sélectionnée par le comité d'évaluation. Une technique de fabrication qui fut ensuite popularisée pour l’ensemble de l’atelier. Nguyên Ngoc Ao fut élu contremaitre et superviseur. Le jeune artisan Nguyên Minh Thiêm, très compétent, se chargea de fabriquer les portes principales.

Le chantier se déroula dans une ambiance de travail à la fois animé mais sérieuse par le biais de travailleurs (menuisiers, maçons , soudeurs, tailleurs de pierre) venus de tout le pays. Ils travaillèrent avec fierté, et firent preuve de persévérance afin de répondre aux exigences de ce monument national.

Selon les souvenirs de Thiêm, au cours de la construction de l’édifice, les travailleurs eurent l’honneur d’accueillir le Premier ministre Pham Van Dông et le général Vo Nguyên Giap.

Le 30 avril 1975, lors de la libération du Sud et de la réunification du pays, Nguyên Minh Thiêm fut témoin de l’enthousiasme des habitants qui affluaient dans les rues avec des fleurs et des drapeaux à la main. "Des sourires radieux, des visages joyeux, tout le monde se tenait la main en criant +Vive l'Oncle Hô+", s’est-il remémoré. La joie de la réunification nationale excita les ouvriers sur le chantier. Lors de la dernière étape de construction, le rythme de travail s’accélèra, forçant les équipes à travailler de nuit.

Après plus d'un an de travail acharné, les ensembles de portes, rampes d'escalier ainsi que de divers meubles comme les tables et les chaises furent achevés. La contribution de l'atelier de menuiserie, permit l’achèvement du projet dans les délais impartis. Le mausolé fut inauguré le 2 septembre 1975.

Lors de son inauguration, tous les ouvriers répondirent présents afin de rendre hommage à l'Oncle Hô.

Même si le père de Thiêm n’est plus là, son fils se souvient comme si c’était hier de cette époque privilégiée où il suivit son père sur le chantier du mausolée. Il a conservé les outils de menuiserie utilisés, comme la cithare à monocorde qu'il fabriqua dans cet atelier de menuiserie. Des souvenirs inoubliables qui marquèrent sa carrière à vie.

Hoàng Hoa/CVN
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Le Vietnam en tête de l'Asie du Sud-Est pour relancer le tourisme "Avec une population de plus de 97 millions d'habitants et une classe moyenne en croissance, le Vietnam a un grand potentiel sur le marché du tourisme intérieur", a déclaré Vu Thê Binh, vice-président de l’Association du tourisme du Vietnam, selon The Straits Times.