16/04/2020 16:38
La province de Tiên Giang (Sud) cherche à expédier entre 70 et 80% de sa production de fruits du dragon vers les pays étrangers, d’ici 2025. C’est ce qui a été fixé par le Comité populaire de la province, en ce qui concerne le projet de développement durable du pitaya pour la période 2017-2025.
>>Agriculture: exportation excédentaire de 7,45 milliards de dollars
>>La blockchain pour la traçabilité des pitayas d’exportation vers l’Australie

Le district de Cho Gao, province de Tiên Giang, représente la moitié de la superficie totale de la culture de pitaya.

En vertu des orientations stratégiques du gouvernement, l'Union des coopératives du Vietnam (VCA) poursuit le projet d'enquête, de recherche sur la construction d'une chaîne de culture, de transformation et d'exportation du fruit du dragon de Tiên Giang jusqu'en 2025. Ce projet contribuera au développement durable de la filière dans son ensemble, d’améliorer la compétitivité et d’élargir les marchés à l’export.

Selon Lê Van Huong, président du Comité populaire de Tiên Giang, cette localité compte près de 9.140 hectares de fruit du dragon dont 6.585 hectares en pleine récolte, pour une production annuelle de près de 199.420 tonnes. La province compte plus de 432 hectares certifiés VietGAP. C’est le cas du célèbre fruit du dragon Cho Gao, emblématique de la province.

Ces dernières années, Tiên Giang a investi dans l'application des sciences et  technologies dans ses zones agricoles intensives. Elle a stimulé la production selon les normes VietGAP et GlobalGAP pour améliorer la qualité de ses produits, apportant une valeur d'exportation plus élevée. Dans le même temps, Tiên Giang a élargi le réseau de vente de ses fruits.

Le fruit du dragon a une grande efficacité économique et rapporte de bons revenus aux producteurs. Cependant, la production présente encore quelques faiblesses. On déplore  la production étriquée des coopératives et ces dernières ne se concentrent que sur la production. Les fruits sont principalement transformés à la main. Les principales étapes de traitement consistent à les laver avec de l'eau et de l'ozone, à les essuyer les fruits avec des serviettes, à les trier et à les emballer pour éviter les dommages mécaniques, puis à les mettre dans des seaux ou des paniers avant de les écouler sur les marchés.

En outre, le système de distribution est limité. La vente se fait essentiellement à travers le canal de distribution traditionnel, avec de nombreux  intermédiaires. Tiên Giang compte 74 entreprises, coopératives, établissement d'achat de fruit du dragon, avec 40 établissements munis de chambre froide, d'une capacité totale de près de 6.100 tonnes.

Actuellement, en moyenne, chaque hectare de fruit du dragon rapporte de 300 à 360 millions de VND/an. Le fruit du dragon rouge rapporte plus, de 500 à 600 millions de VND/an.

Des pitayas de qualité destinés à l’exportation

Tiên Giang cherche à exporter 70-80% de sa production annuelle de pitaya

Selon le projet, la superficie de fruits du dragon de la province variera entre 9.000 et 11.000ha d’ici à 2025 avec des récoltes sur 8.000 à 9.000ha. La production aux normes GAP (bonnes pratiques agricoles) devrait atteindre 40% de la superficie totale pour pouvoir exporter entre 70% et 80% du volume total.

Nguyên Ngoc Bao, président de la VCA, estime que la province de Tiên Giang dispose d’un grand potentiel pour développer des zones de culture, produire, transformer et exporter vers les marchés étrangers, en particulier la Chine. Cependant, l'exportation des produits agricoles en général, du fruit du dragon en particulier, sous forme de quota, n'est plus favorable. À l'heure actuelle, le marché chinois a commencé à appliquer la traçabilité de la sécurité alimentaire selon les normes GAP, ce qui imposera plus de critères pour les fruits du dragon de Tiên Giang.

Ainsi, la mise en place d'une chaîne de culture, de transformation et d'exportation pour les localités ayant de grandes superficies de fruit du dragon s’avère très importante. Pour y parvenir, selon le président de la VCA, Tiên Giang doit organiser la production selon le modèle de grandes surfaces de culture d’un seul tenant, en améliorant la qualité des fruits pour répondre aux normes d'exportation, créant les conditions d'une coopération continue, en reliant la chaîne de valeur et les entreprises, les coopératives, en plus de promouvoir  l'application des sciences et technologies dans la conservation et le traitement post-récolte. Dans le même temps, les agriculteurs seront encouragés à cultiver selon les normes VietGAP et à appliquer de bonnes pratiques de production.

Lors de la séance de travail avec les représentants de la VCA le 11 mars le président du Comité populaire provincial de Tiên Giang, Lê Van Huong a déclaré que l’établissement d'une chaîne de culture, de transformation et d'exportation du fruit du dragon est une orientation inévitable. Dans l’immédiat, le Comité populaire de Tiên Giang se concentrera sur l'investissement dans le développement durable des zones de culture, en s'efforçant  d’obtenir la norme VietGAP sur 2315 hectares.

En particulier, à travers des politiques de prêts, Tiên Giang encouragera les entreprises à investir dans des entrepôts et installations de transformation préliminaire, en donnant la priorité aux entreprises appliquant de hautes technologies. Afin d'éviter de trop compter sur le marché chinois, la province continuera à promouvoir les activités de promotion commerciale dans les marchés nationaux et étrangers.
 
Texte et photos : Truong Giang/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Partons sur les sentiers du Vietnam avec Capannam ! Les merveilles du Vietnam s’appréhendent en douceur avec l’aide de tous nos passeurs. Ils font le lien, ils ouvrent des portes et des coffres remplis de trésor.