28/05/2016 18:22
S’il est un produit qui a fait la renommée de Hôi An (province de Quang Nam, Centre), c’est bien le lampion à armature de bambou. Un artisanat qui doit beaucoup à l’Artiste Émérite Huynh Van Ba.

>>Hôi An «by night»
>>Valoriser les lanternes «made in Vietnam»
>>Pham Van Hà ou la passion de la lanterne de Hôi An
 

Huynh Van Ba à côté de certains de ses produits. Photo : GDTD/CVN


Huynh Van Ba, 82 ans, est originaire du district de Thang Binh  (province de Quang Nam, Centre). La vannerie, il la pratique depuis son enfance. Une véritable passion de jeunesse. «Après avoir vendu mon premier panier en bambou tressé, j’ai donné l’argent à ma mère. Elle a été très émue. Depuis ce jour, c’est mon gagne-pain», confie-t-il.

En 1956, sa famille s’installe à Hôi An. Le jeune homme commence à faire beaucoup de maquettes en bambou, dont la pagode au pilier unique (Môt Côt), le pont-pagode japonais (Chùa Câu), la pagode Thiên Mu. En 1978, une coopérative de vannerie voit le jour. Malheureusement, elle ferme quelques années plus tard. Mais la passion pour le bambou bat toujours dans le cœur de M. Ba. Un jour de l’année 1999, en observant une lanterne chinoise accrochée à la façade d’une vieille maison, l’idée lui vient de confectionner des lampions à armature de bambou. Expérimentation et succès total. Il met même au point une armature amovible, qui permet de transporter facilement le lampion dans ses bagages. Bien vu, car la plupart des clients sont des touristes de passage.

Le précurseur d’un artisanat florissant

Huynh Van Ba considère ses lampions comme de simples produits artisanaux. Mais pour les habitants de Hôi An, c’est beaucoup plus. Car autrefois, leur fabrication était l’apanage des Chinois et Japonais. M.Ba fut le premier Vietnamien à se lancer avec succès dans cet artisanat. Actuellement, Hôi An recense 32 ateliers de lampions et même une rue dédiée à leur vente : Nguyên Hoàng. Cet objet est devenu emblématique de la ville.

Huynh Van Ba nous livre quelques-uns de ses secrets de fabrication : «Le bambou, après sélection, est mis dans du sel durant dix jours. Je le taille ensuite en brins, qui sont bouillis puis mis à sécher au soleil durant trois jours. C’est la première étape pour avoir une bonne armature. Et une fois le tissu posé, je brode dessus des images colorées».              

Concernant la forme du lampion, il y a l’embarras du choix: fruits (pomme-cannelle, pomme, papaye, mangue ...), dragon, bateau, diamant…. En l’an 2000, un touriste australien a exprimé le souhait d’avoir un lampion en forme de maison ancienne, du style de Hôi An. M. Ba a relevé le défi et, un mois plus tard, le précieux objet était achevé.     

En 2010, M. Ba a reçu des mains du président de la République le prestigieux titre d’«Artiste Émérite». Il a même été invité par le gouvernement japonais à venir au pays du Soleil-Levant pour présenter sa technique de fabrication des lampions en bambou.

Quê Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Forum du tourisme de Huê 2020 Le Comité populaire de la province de Thua Thiên-Huê (Centre) a organisé dimanche 31 mai le Forum du tourisme de Huê 2020, dans le but de relancer le secteur touristique local durant et post-COVID-19.