14/10/2020 17:26
L'économie de Singapour a montré des signes positifs après l'assouplissement des mesures de "disjoncteur" afin de prévenir la propagation de la pandémie de COVID-19, a annoncé mercredi 14 octobre le ministère singapourien de l'Industrie et du Commerce.
>>Singapour présente les trois volets de sa stratégie de relance économique
>>Singapour allouera 5,8 milliards d'USD supplémentaires pour stimuler son économie

Une vue de Singapour. 
Photo : AFP/VNA/CVN

L'économie de Singapour s'est contractée de 7% au troisième trimestre par rapport à la même période de l'an dernier.

Cette contraction du PIB est considérée comme une amélioration significative par rapport à la chute de 13,3% enregistrée au deuxième trimestre 2020 (par rapport à la même période l'an dernier), et est relativement proche de la prévision de -7,6% publiée par la Monetary Authority of Singapore (MAS) le mois dernier après une enquête menée auprès d'économistes du secteur privé.

Cette amélioration est attribuable à la reprise du secteur manufacturier, avec une croissance au troisième trimestre 2020 atteignant 2,0%, contre 0,8% au deuxième trimestre.

Le secteur des services, les secteurs liées à l'aviation et au tourisme de Singapour ont continué de stagner en raison des restrictions de voyage à l'échelle mondiale.

L'économie singapourienne est tombée dans une récession technique au deuxième trimestre après deux trimestres consécutifs de contraction.

Le ministère de l'Industrie et du Commerce de Singapour prévoit une contraction de 5% à 7% pour toute l’année. Le taux de chômage du cité-État s'est établi à 3,4% en août, dépassant le précédent record de 3,3% enregistré en septembre 2009 lors de la crise financière mondiale.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.