31/03/2018 17:07
Le patron de PSA, Carlos Tavares, va toucher une rémunération exceptionnelle d'un million d'euros, liée à la mise en œuvre du plan de redressement de sa filiale allemande Opel, selon le document de référence du groupe automobile consulté vendredi 30 mars par l'AFP.
>>PSA acquiert une part majoritaire d'un centre de production en Malaisie
>>Les ventes de PSA ont bondi grâce à Opel malgré un effondrement en Chine
>>Prié par PSA de redevenir rentable, Opel joue son avenir

Le patron de PSA, Carlos Tavares, le 23 février 2018 à Mulhouse.
Photo : AFP/VNA/CVN

Cette prime permet à M. Tavares de porter sa rémunération totale à 6,7 millions d'euros au titre de l'année 2017, contre 4,7 millions en 2016 et 5,2 millions en 2015.

La publication de ces informations réglementaires, consultables sur le site internet du groupe, intervient au moment où la filiale Opel/Vauxhall, acquise à l'été 2017, vient d'annoncer un plan de départs volontaires pour ses salariés allemands.

La marque à l'éclair perd de l'argent de façon chronique depuis une vingtaine d'années. L'an dernier, elle a représenté une perte opérationnelle courante de 179 millions d'euros à compter de son intégration dans les comptes de PSA au 1er août.

Selon le document de référence de PSA, une rémunération exceptionnelle d'un million d'euros sera attribuée à M. Tavares pour "l'élaboration et la mise en place du plan de redressement d'Opel Vauxhall".

Cette prime "est liée aux enjeux que représente l'acquisition d'Opel/Vauxhall, en termes de changement de dimension du groupe, et sur la nécessité de redresser la situation d'Opel le plus rapidement possible", a déclaré un porte-parole du groupe. "Le conseil de surveillance avait demandé à Carlos Tavares de travailler dans les 100 jours suivant le +closing+ (la conclusion, NDLR) de l'opération sur un plan de redressement clair avec des objectifs de retour à une situation positive", a-t-il souligné.

Les primes liées à une acquisition sont courantes dans le monde des affaires. La rémunération annuelle de 6,7 millions d'euros de M. Tavares au titre de 2017 se décompose en une partie fixe de 1,3 million, une part variable de 2,4 millions, l'attribution d'actions "de performance" (130.000 actions valorisées à environ 2 millions d'euros), et la prime liée à Opel pour un million.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Un Depuis 15 ans, chaque dimanche matin, les philatélistes de la capitale se donnent rendez-vous dans un petit café de la rue Triêu Viêt Vuong. Rassemblés sur le trottoir, ils boivent du thé et du café tout en échangeant des timbres.