14/05/2021 17:26
Le Parti suisse du travail a affirmé sa profonde solidarité avec Trân Tô Nga et toutes les victimes vietnamiennes de l'agent orange/dioxine.
>>Agent orange : des firmes chimiques doivent être responsables des victimes vietnamiennes
>>La VAVA publie une déclaration sur le procès de Trân Tô Nga
>>Dioxine : des journaux allemands parlent du combat pour la justice de Trân Tô Nga

Trân Tô Nga, une journaliste franco-vietnamienne.
Photo : Toàn Trí/VNA/CVN

Lundi 10 mai, un tribunal à Paris s’était dit incompétent de traiter le dossier de la septuagénaire franco-vietnamienne Trân Tô Nga contre 14 firmes dont Dow Chemical Corporation et Bayer (Monsanto).

Dans une déclaration rendue publique mardi 11 mai, le Parti suisse du travail a souligné qu'il était inacceptable qu'après des décennies, aucun des responsables de la guerre qui avait détruit l'environnement, les écosystèmes du Vietnam n'ait été puni. Le procès de Trân Tô Nga est une excellente occasion de rendre justice aux victimes, en aidant à soulager une partie de leur douleur de la guerre.

Après la décision du tribunal français, Trân Tô Nga a affirmé qu’elle poursuivrait le combat pour les victimes vietnamiennes de l'agent orange/dioxine.

Née en 1942, Trân Tô Nga est originaire de la province vietnamienne de Soc Trang (Sud). C’était en tant que reporter de "Thông Tân Xa Giai Phong" (Agence d’Information de Libération), un des deux organes prédécesseurs de l’Agence Vietnamienne d’Information (Vietnam News Agency - VNA), qu’elle a été victime de l’agent orange. Son procès contre les firmes américaines productrices de défoliants toxiques a débuté en avril 2014.

Après la décision du tribunal français, elle a dit qu’elle n’était pas surprise parce qu’elle s’était préparée à l'avance. Elle a affirmé qu’elle ferait appel et poursuivrait sa voie.

Pendant la guerre du Vietnam, entre 1961 et 1971, l'armée américaine a largué environ 80 millions de litres d’herbicides toxiques à forte teneur en dioxine, l’un des produits toxiques les plus puissants, pour détruire la végétation qui couvrait la progression des soldats vietnamiens et les priver de leurs sources de nourriture.

Plus de 4,8 millions de Vietnamiens ont été exposés à la dioxine. Elle a engendré la mort de milliers de personnes tandis que des dizaines de milliers de personnes souffrent d’atteintes sévères dues à l’exposition à ce composé.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Le tourisme de Hanoï s’efforce de surmonter les difficultés L’apparition de la quatrième vague d'infections par le coronavirus a gravement touché le tourisme. Les agences de voyage de Hanoï ont consenti de gros efforts afin de minimiser les dégâts ainsi que de préparer des scénarios de relance.