06/12/2020 08:06
On le surnomme le "Parthénon" souterrain du Japon. Un complexe en béton aux dimensions pharaoniques destiné à protéger Tokyo et ses environs d’inondations catastrophiques, dont le risque s’accroît à mesure que le changement climatique s’accélère, selon des experts.
Un employé dans le gigantesque complexe souterrain de Kasukabe, qui protège Tokyo des inondations.
Photo : AFP/VNA/CVN

En surface, presque rien ne trahit la présence en sous-sol du réservoir principal aux allures de cathédrale du site de Kasukabe, à Saitama (nord de Tokyo), le plus grand du genre au monde. Le sol y est humide et l’éclairage faible.

Longue comme deux terrains de football et soutenue par des piliers de 500 tonnes, l’immense structure est suffisamment profonde par endroits pour contenir la statue de la Liberté. L’installation permet de canaliser et rediriger l’excès d’eau des tempêtes, protégeant ainsi l’une des métropoles les plus peuplées de la planète.

Le personnel du site est constamment en alerte, surtout pendant la saison des pluies et des cyclones tropicaux (typhons) au Japon, qui s’étend généralement de juin à fin octobre.

"Nous sommes dans une zone où les pluies torrentielles et même les précipitations habituelles peuvent submerger les maisons et inonder les routes", rappelle  Nobuyuki Akiyama, directeur des infrastructures de Kasukabe.

Achevée en 2006 après une dizaine d’années de travaux, pour un coût de 230 milliards de yens (près de 2 milliards d’euros), l’installation est utilisée en moyenne sept fois par an. L’eau en excès y est acheminée automatiquement et des opérateurs la pompent hors du réservoir principal lorsqu’il approche de sa capacité maximum, explique M. Akiyama.

Le réservoir est relié à un tunnel long de 6,3 km et doté d’un système pouvant déverser chaque seconde l’équivalent d’une piscine de 25 m dans la rivière Edogawa toute proche. Selon M. Akiyama, le réservoir permet de réduire de 90% le nombre d’habitations affectées par les inondations dans les zones environnantes.

Des études officielles estiment par ailleurs qu’il a permis jusqu’ici d’économiser 148 milliards de yens (1,2 milliard d’euros) en coûts de nettoyage des catastrophes. Les systèmes anti-inondations du Japon sont parmi les meilleurs au monde, le pays ayant tiré les leçons de plusieurs catastrophes survenues après la Seconde Guerre mondiale, comme le gigantesque typhon qui avait frappé en 1959 la région de Wakayama, dans l’ouest, tuant plus de 5.000 personnes.

Ce typhon, le plus meurtrier de l’histoire récente du Japon, avait déclenché une prise de conscience nationale et encouragé de vastes projets d’infrastructures pour réduire les risques.

Menaces plus fréquentes

Un des réservoirs du gigantesque complexe souterrain de Kasukabe, au Japon.
Photo : AFP/VNA/CVN

Rien qu’à Tokyo, ville sillonnée par plus de 100 rivières, il existe dix autres réservoirs souterrains et trois tunnels de protection contre les inondations. D’autres sont en cours de construction, comme à Osaka (Ouest), où une installation similaire au réservoir de Kasukabe doit être achevée en 2044, pour un coût chiffré à 366 milliards de yens (2,9 milliards d’euros).

Des experts avertissent cepen-dant qu’il faudra certainement faire davantage. Car le réchauf-fement climatique rend de plus en plus fréquentes des catastrophes naturelles qui n’arrivaient autrefois qu’une fois par siècle.

Selon l’Agence météorologique japonaise, le nombre de typhons qui menacent chaque année Tokyo a été multiplié par 1,5 ces 40 dernières années.

Kei Yoshimura, Professeur de météorologie à l’université de Tokyo et expert en inondations, participe à l’élaboration d’un système d’alerte précoce pour identifier les zones particuliè-rement exposées. "Il est clair que les infrastructures à elles seules ne suffisent pas face aux catastrophes naturelles", souligne-t-il.

Les autorités japonaises sensi-bilisent régulièrement la popula-tion à la nécessité de suivre les consignes d’évacuation. Le réservoir de Kasukabe est ainsi ouvert aux visiteurs quand il n’est pas utilisé, pour souligner l’importance de la gestion des catastrophes naturelles.

Toru Tamai, un retraité de 79 ans ayant participé à une récente visite, se dit impressionné par la taille de l’installation, "mais ce n’est qu’une mesure de défense", dit-il. En tant qu’habitant d’un terrain de basse altitude, pour lui "les inondations sont un danger plus clair et plus présent que n’importe quelle autre catastrophe naturelle". Finalement, "vous ne pouvez compter que sur vous-même".
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

COVID-19 : la stratégie de Hanoï pour relancer le tourisme en 2021 Comment sauver le tourisme suite à la crise sanitaire ? Hanoï et ses acteurs touristiques ont déjà préparé un plan de relance pour 2021. Le cap est clairement fixé : le marché intérieur !