05/06/2020 08:56
Convergence entre trois espaces forestier, maritime et semi-désertique, le Parc national de Núi Chúa, province de Ninh Thuân, au Centre, est fréquenté aussi bien par les touristes que les scientifiques. Le site conserve un écosystème riche et unique au Vietnam.
>>Le Vietnam face au défi du déclin de la biodiversité
>>Biodiversité : agir pour les générations futures
>>Une Vietnamienne honorée en tant que "Hotspots hero"

Touristes explorant l’écosystème forestier du Parc national de Núi Chúa.
Photo : Pharatravel/CVN

D’une superficie naturelle de 29.865 ha, dont 22.513 ha de terre ferme et quelque 7.352 ha d’eaux marines, le Parc national de Núi Chúa possède un écosystème riche et diversifié. Chaud à l’année, le site est considéré par les scientifiques comme la région possédant le climat le plus sévère du Vietnam. Les conditions climatiques sèches et chaudes ont en effet formé un écosystème spécifique.

Faune et flore variées

La valeur de la biodiversité forestière et marine est aussi appréciée dans ce parc avec sa faune et sa flore riches et rares ainsi que son paysage naturel marqué de caractéristiques propres au climat sec côtier et aride de Ninh Thuân et de la partie sud du Centre.

Selon la dernière enquête de son comité de gestion, le parc abrite 1.511 espèces de plantes, dont 54 rares et précieuses énumérées dans le Livre Rouge du Vietnam et la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). En le visitant, les touristes peuvent voir les caractéristiques de cet écosystème à travers une faune résistante à la sécheresse : arbres nains aux feuilles caduques en saison sèche, de petites feuilles épaisses, dentelées, avec de nombreuses épines pour réduire le processus d’évaporation. Avec ces caractéristiques très spécifiques, le Parc national de Núi Chúa est également considéré comme une "steppe d’arbres épineux" unique au Vietnam.

Sa faune, également diversifiée, comprend 765 espèces connues, dont 46 rares et précieuses qui figurent également dans le Livre Rouge du Vietnam et la Liste Rouge de l’UICN. De nombreuses espèces sont prioritaires pour la conservation, comme l’ours noir d’Asie (Ursus thibetanus), l’ours malais (Helarctos malayanus), le chat doré d’Asie (Pardofelis temminckii) ou la tortue à tête jaune (Indotestudo elongata) et autres singes, chamois et cerfs... En particulier, le site abrite une communauté de doucs à pattes noires (Pygathrix nemaeus nigripes). Ce sont des primates rares et précieux répertoriés dans le Livre Rouge du Vietnam et bénéficiant d’une protection spéciale.

Les eaux marines du parc ont également d’abondants récifs coralliens avec 350 espèces appartenant à 59 genres. En particulier, 46 nouvelles espèces de coraux y ont récemment été reconnues et classifiées par les scientifiques. Le parc est également strictement protégé car il s’agit du lieu de ponte des tortues marines.

Valoriser la biodiversité

La protection et la valorisation de la biodiversité du parc de manière durable constituent une priorité pour la province de Ninh Thuân. D’après Trân Van Tiêp, directeur adjoint du comité de gestion du site, des mesures synchrones sont mises en œuvre pour protéger la richesse des écosystèmes. Parallèlement, un programme de développement de l’écotourisme pour créer des sources de revenus aux habitants vivant dans la zone tampon a également été lancé. Il s’agit notamment de circuits d’exploration du site en mer ou en forêt, de plongées sous-marines pour admirer les coraux, de visites des lieux de ponte des tortues, et autres excursions d’observation des oiseaux, notamment.

Doucs à pattes noires (Pygathrix nemaeus nigripes) au Parc national de Núi Chúa.
Photo : Công Thu/VNA/CVN

"Nous nous engageons à ce que l’élaboration de ces circuits n’influence pas le paysage et ne nuit pas à l’environnement. Le parc attache une grande importance à la sensibilisation et à la formation en écotourisme tant du personnel et des communautés locales que des touristes afin de contribuer à la protection de l’environnement", assure Trân Van Tiêp.

Toujours dans le cadre du développement durable de l’écotourisme, le parc se concentre sur la préservation des forêts naturelles et des plantations, la prévention des incendies de forêt et la conservation de la biodiversité marine. Plus précisément, le parc encourage la recherche et la propagation d’un certain nombre d’espèces endémiques et rares afin de servir de pépinière de plantes indigènes. Il encourage également la conservation et la valorisation des ressources en plantes médicinales et en espèces rares d’orchidées forestières ; la construction d’une zone de conservation marine des espèces précieuses et rares ; le traitement des déchets ainsi que le soutien des moyens de subsistance pour les communautés de la zone tampon du parc national.

Actuellement, Ninh Thuân se coordonne avec les parties concernées pour accélérer l’élaboration d’un dossier à soumettre à l’UNESCO pour la reconnaissance du parc  en tant que Réserve mondiale de la biosphère.

Linh Thao/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Un champ d’ananas pour affoler son compteur de Hormis les cavernes Mua ou Tam Côc - Bich Dông, la province de Ninh Binh abrite également une nouvelle destination attirant les visiteurs. Il s’agit d’un champ d’ananas dans la ville de Tam Diêp.