20/02/2016 10:11
Le cycliste Lê Ngoc Son, 25 ans, est natif des plaines de Dông Thap (delta du Mékong). Ce gabarit de poche, handicapé par sa petite taille dans le peloton sur le plat, fait parler la poudre dès que la route s’élève. Portrait du Nairo Quintana vietnamien.
>>Clôture de la première course internationale de vélo tout-terrain à Dà Lat

Lê Ngoc Son explose de joie après sa victoire finale à la course cycliste Nam Ky Khoi Nghia.
Photo : Quang Nhut/VNA/CVN
Lê Ngoc Son est un coursier à part, à bien des égards. Sans adversaires dans les ascensions de cols au Vietnam, il a donné beaucoup d’émotions à ses supporters. Cependant, avant d’arriver au sommet, le grimpeur en a vu de toutes les couleurs.

Avant de se mettre à «la petite reine», Ngoc Son pratiquait le judo et le football. Des sports où le physique joue beaucoup et auxquels il a dû renoncer précocement, la faute à un gabarit malingre. «J’ai vite vu que je n’étais pas prédestiné pour les sports de combat», confie-t-il. Mais il n’était pas question pour lui de rester les bras croisés. Il s’est donc mis en quête d’une discipline plus adaptée à ses «qualités».

Un mental à toute épreuve

La maison familiale de Ngoc Son est à quelques encablures du Centre d’entraînement de l’équipe de cyclisme de la province de Dông Thap. Regarder chaque jour les coureurs à l’entraînement l’a incité à franchir le pas. «Quand j’ai vu les membres de l’équipe de Dông Thap en compétition et briller sur les plus grandes courses du pays, j’ai tout de suite su que je voulais suivre leurs traces», se souvient-il.

Le premier obstacle à franchir a été celui de ses parents, peu enclins à le laisser suivre cette passion très exigeante. Cependant, convaincus que leur fils n’était pas pris d’une lubie soudaine, ils ont donné leur accord.

«Mes débuts ont été difficiles, en raison d’un déficit de puissance. Pour gagner ma convocation en sélection junior, j’ai dû faire des exercices ciblés de musculation pendant sept mois d’affilée, contre seulement trois pour mes coéquipiers. Je ne compte plus les fois où je ressortais +lessivé+, au point de ne pas pouvoir m’alimenter», explique-t-il.

Mais Ngoc Son est de la trempe des champions. À force de persévérance, il se constitue un joli palmarès dans les compétitions nationales junior et montre qu’il faudra compter sur lui au Vietnam dans les années qui viennent.

Le nouveau roi de la montagne

2010 marque un tournant, le coureur étant convoqué dans l’équipe élite de Duoc Domesco Dông Thap. «J’ai depuis la chance de travailler avec les meilleurs de l’équipe, se réjouit-il. Dang Phuong Hoà, un des +capitaines de route+ de l’équipe, m’a beaucoup soutenu dans l’entraînement comme dans la vie»

Chutes, contusions, fractures : le surnom de «forçats de la route» attribué aux cyclistes n’est pas galvaudé. Photo : VNA/CVN

Ses efforts et sa détermination sont rapidement payants. En 2011, il se révèle chez les seniors en levant les bras à l’issue de la Coupe de la Télévision, devant les favoris de la course : Bùi Minh Thuy, Mai Nguyên Hung et Hô Van Phuc. Cette victoire lui donne la confiance qui lui manquait peut-être à ses débuts et s’attire, au fur et à mesure des bouquets qu’il décroche, les louanges des experts comme de ses collègues au sein du peloton. Tous louent son agilité et son endurance qui font de lui un pur grimpeur, irrésistible dans les ascensions.

Pourtant, à 23 ans, Ngoc Son voit sa carrière si prometteuse subir un coup d’arrêt après sa blessure à la Coupe de la Télévision 2014. «À l’approche de la ligne d’arrivée, un panneau publicitaire m’est tombé dessus. Comme je l’ai pris à grande vitesse, j’ai été sérieusement blessé au cou et à la main. Je suis tombé et ai perdu connaissance», raconte-t-il. 

Heureusement, après quelques mois de convalescence, il fait son retour à la compétition, plus fort que jamais. «Régulièrement, des cyclistes sont victimes d’accidents avec des côtes cassées, des blessures aux jambes ou même à la tête. Depuis que je roule, j’ai eu plus de dix accidents durant les courses mais aussi à l’entraînement. Cela fait partie du métier», partage Ngoc Son, fataliste.

Une chose est sûre : il est aujourd’hui l’élément le plus important de Duoc Domesco Dông Thap. Lors de la 18e course cycliste Nam Ky Khoi Nghia, disputée du 17 au 23 novembre 2015, Ngoc Son a assuré avec maestria la défense de son titre de champion.

Intitulée «À la Conquête des hauts plateaux», cette édition comportait sept étapes sur un parcours total de 933 km. Cette boucle, au départ et à l’arrivée de Hô Chi Minh-Ville, a traversé les provinces de Binh Duong, Binh Phuoc, Dak Nông, Dak Lak, Khanh Hoà, Lâm Dông et Dông Nai, avec la part belle à la montagne. En espérant le voir gagner, plus tard, sur des courses internationales...
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.