23/02/2020 13:29
Vous voulez voir la chaussure gauche de Diego Maradona, celle du doublé face à la Belgique en demi-finale du Mondial-1986 ? Ou encore le canapé de son appartement napolitain, sur lequel s’est assis Julio Iglesias ? Alors descendez, tout est à la cave.
>>Maradona revient au poste d'entraîneur de Gimnasia La Plata
>>Argentine: Maradona, nouvel entraîneur de Gimnasia, club de D1

Massimo Vignati joue avec le ballon du match Naples - Juventus de mars 1990 dans son musée "Maradona", à Naples, en Italie.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le musée de Massimo Vignati est unique en son genre. Il ne figure sur aucune carte de Naples, n’est pas non plus dans les guides de voyage et l’entrée est gratuite. Et pourtant, tout Maradona est là, au sous-sol d’un immeuble lambda de Secondigliano, un quartier dur du nord de la ville.

Cet incroyable capharnaüm de photos, fanions, brassards, maillots, lavés ou non, dédicacés ou non, renferme même quelques objets de vénération.

On y trouve ainsi le banc sur lequel se changeait Maradona dans les vestiaires du stade San Paolo ou la mythique veste de K-Way avec laquelle il danse et jongle au son de "Live is Life" lors d’un invraisemblable échauffement avant d’affronter le Bayern Munich. Mais cette caverne aux trésors témoigne aussi du lien unique entre le génie argentin et une famille qui a été au cœur de ses sept années napolitaines, quand il était le meilleur joueur du monde.

"J’ai eu la chance que papa soit pendant 37 ans le gardien du San Paolo et des vestiaires du Napoli. Et ma mère a été la seule gouvernante et cuisinière de Maradona", raconte Massimo Vignati.

Sa sœur a aussi été la baby-sitter de Dalma et Giannina, les deux premières filles du N°10, et lui, Massimo, enfant puis adolescent, a côtoyé au quotidien l’idole de sa ville.

"On y va avec la Ferrari !"

"On était avec Diego du lundi au dimanche. Lui et sa femme nous ont offerts toutes ces choses parce qu’ils savaient qu’on était beaucoup d’enfants, cinq garçons et six filles", précise-t-il en contemplant les photos d’époque, quand l’appartement de l’Argentin sur les hauteurs de Posillipo, un quartier chic de la ville, était comme sa deuxième maison.

"J’ai fait les sept saisons de Maradona comme ramasseur de balles. Les lundis, j’allais jouer au calcetto (foot à cinq, NDLR) avec lui, je n’allais pas à l’école. Et le mardi, parfois il m’amenait à l’entraînement du Napoli. +Diego, on y va avec la Ferrari !+"

Longtemps, les merveilles aujourd’hui exposées dans la cave des Vignati sont restées dans une salle du San Paolo.

Peinture mural et photos de Diego Maradona, dans le quartier Spagnoli à Naples, en Italie.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Mon père avait deux pièces. Une pour tous ces souvenirs et une pour boire un bon café napolitain. Après sa mort, j’ai tout ramené ici. Mais le club sait que cet endroit existe. S’ils font un musée, je serai toujours disponible. J’espère que tout pourra retourner au stade, c’était le rêve de mon père", explique Massimo.

Alors que rien ne tourne très rond cette saison au Napoli, lui a un autre rêve, celui d’un retour de Maradona, ce "Napolitain né en Argentine". "Avec tout ce qui se passe, il faudrait un Maradona, qui prenne tout sur lui et fasse barrage aux polémiques. C’est un enfant de Naples, il est du peuple. On se retrouve en lui", informe-t-il.

"S’il vient, il y aura 90.000 personnes au stade. Maradona... Même si tu parles aux gamins d’aujourd’hui, ils savent. C’est dans l’ADN des Napolitains. Maradona c’est San Gennaro, le saint-patron, une figure immortelle".

Lors de son dernier passage à Naples, en 2017, le "Pibe de Oro" est tombé dans les bras de Lucia, la mère de Massimo, qu’il présente comme sa "mamma napolitaine".

"Ce ne sont que des beaux souvenirs. Il était gentil, quelqu’un de bien, de très passionnel. Quand il est parti, c’est comme si j’avais perdu un fils", partage-t-elle dans son appartement, lui aussi encombré de maillots et de souvenirs du meneur de jeu.

"La dernière fois, il a promis à maman qu’à son retour, il viendrait pour un bon déjeuner comme au bon vieux temps. Il a toujours aimé ça, ma mère cuisine très bien. Et il a aussi dit qu’il viendrait voir cet endroit", espère Massimo, dont le deuxième fils s’appelle... Diego.

De toute façon, dans la cave de Secondigliano, au San Paolo ou ailleurs, le trésor restera dans la famille.

"Je pourrais vivre de mes rentes si j’avais accepté toutes les offres qu’on m’a faites. Mais ce sont des souvenirs de mon père et de ma famille, rien n’est à vendre. C’est un endroit dédié à quelqu’un que nous aimons comme un frère. Pour nous, Diego est le douzième frère".

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : Comment s’en sortent-ils les touristes à Hôi An? Étrange spectacle que celui que nous livre la ville de Hôi An ces jours-ci… D’ordinaire archibondée, effervescente, elle est devenue un véritable théâtre d’ombres, peuplé d’autochtones en distanciation sociale, mais aussi de touristes "piégés" par les circonstances.