25/09/2021 10:20
Depuis deux ans, la maison du souvenir de Yên My, district de Thanh Tri, à Hanoï, se transforme en une galerie où sont conservés plus de 300 objets de la vie quotidienne et de la production agricole à travers les siècles.
>>Le premier musée privé dédié à la culture Muong
>>Le premier musée privé de la céramique sur les Hauts plateaux du Centre

De vieux objets exposés.
Photo : Phan Duong - VNE/CVN

Ces dernières années, à côté des musées publics créés et gérés par les organes étatiques, le nombre d’institutions permanentes privées a notablement augmenté, réparties du Nord au Sud. On peut citer l'"Espace de la culture des Muong" dans la province de Hoà Binh (Nord), le Musée de l’agriculture à Thanh Hoa (Centre) ou encore celui consacré à la médecine traditionnelle à Hô Chi Minh-Ville (Sud). Ces lieux sont appréciés grâce à leur diversité apportée notamment par les objets anciens et rares qu’ils conservent. 

Fondé en janvier 2019, le musée du village de Yên My s’étend sur 150 m². Y sont exposés plus de 300 objets et instruments reflétant la tradition, les us et costumes de ses habitants. Ils sont étroitement liés à la vie quotidienne ainsi qu’à la production agricole et industrielle pendant les deux guerres contre les Français (1945-1954) et les Américains (1954-1975).

Passerelle entre passé et présent

Parmi les articles exposés, on gardera notamment en mémoire certains objets centenaires. Il s’agit du đấu (boisseau de riz en fer) datant du XIXe siècle, du vélo transportant des produits alimentaires vers les champs de bataille pendant la résistance contre les colonialistes français, ou encore du moulin à grain en pierre… Chacun a sa propre histoire et est considéré comme une passerelle entre le passé et le présent.

Plateaux de forme rectangulaire et ronde en bois.
Photo : Vu Huyên - VOV/CVN

Selon la sexagénaire Trân Thi Huê, originaire du 7e hameau, commune de Yên My, gardienne du musée, l’idée de la création de celui-ci est née il y a une dizaine d’années. Au début, l’établissement ne disposait que de 200 objets. À présent, son nombre est estimé à plus de 300.

L’octogénaire An Duc Dô, domicilié dans le 8e hameau, est l’un des généreux donateurs qui a offert 24 articles au musée. "Nous mobilisons chaque famille pour la collecte d’objets et d’instruments. Et les habitants sont ravis de cette idée", confie-t-il.

La famille de Trân Van Thuy, du 7e hameau, possède un chinh (jarre en céramique) datant du XVIIe siècle. Convoité par plusieurs collectionneurs, il ne l’a cependant jamais vendu. Ce n’est que lorsque le musée du village est né qu’il a décidé de lui faire don.

"Notre institution recèle de nombreux objets anciens dont un plateau de forme rectangulaire en bois du XIXe siècle, une pipe à eau centenaire de M. Thông du 6e hameau, un bol de céramique de couleurs verte et blanche datant du siècle dernier...".

Visite scolaire au musée

Par rapport aux autres galeries privées telles que le Musée de Dông Dinh dans la ville de Dà Nang et celui de la maison Viêt à Hôi An (province de Quang Nam) dans le Centre, ou encore le Musée des armes à Vung Tàu (Sud), celui du village de Yên My a une superficie très modeste mais parvient à retracer les us et coutumes de ses habitants à travers le temps.

Trân Thi Huê à côté d’une ancienne armoire en bois dans le musée.
Photo : Phan Duong - VNE/CVN

M. Duc Dô raconte : "Mon village d’antan était comme une oasis. Il y a à peu près trois mois d’inondations par an, chaque famille dispose donc d’un bateau. Les hommes, femmes et enfants savent tous pêcher. C’est pourquoi dans le musée, nous réservons un coin pour exposer kouffas en bambou, bateaux et autres instruments de pêche".

"Avec la modernisation, les objets rudimentaires ont laissé la place aux machines. Peu de personnes se souviennent d’un passé lié aux objets campagnards d’antan. Ainsi, tous ceux qui sont conservés dans notre musée permettront aux jeunes générations de mieux comprendre la vie quotidienne de leurs ancêtres", partage-t-il.

À présent, certaines écoles dans la région insèrent dans leur programme d’enseignement la visite du musée du village de Yên My pour que les élèves puissent comprendre mieux la culture et la tradition autochtones.

My Anh/CVN







 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus dans l’objectif du photographe Trần Bích

Le secteur touristique de Hanoï s'adapte à la nouvelle situation Si la 4e vague de COVID-19 a fortement impacté le tourisme au Vietnam, entre autres à Hanoï, elle a également ouvert des opportunités pour restructurer cette industrie, changer les approches du marché et aligner les produits sur la demande des voyageurs et la réalité.