01/05/2020 15:09
Le 1er mai confiné n'aura finalement guère porté chance aux fleuristes : ils sont autorisés à vendre du muguet vendredi 1er mai uniquement en livraison ou en retrait de commande sur leur pas de porte. Épidémie oblige.
>>Muguet et confinement : pas d'exception pour le 1er mai, les professionnels mécontents
>>Les producteurs de muguet durement impactés avant un 1er mai confiné
>>Soixante millions de brins de muguet menacés par le confinement

Une cliente retire sa commande, le 30 avril à l'entrée du fleuriste "Caline Flor", à La Couture dans le Pas-de-Calais. Photo : AFP/VNA/CVN

Et le malgré un forcing acharné pour tenter d'obtenir auprès du gouvernement une autorisation de vente directe devant leurs magasins des précieuses clochettes blanches, qui leur rapportent chaque année quelque 7 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Jeudi 30 avril, veille du 1er mai, la Fédération française des artisans fleuristes y a cru : elle a publié dans l'après-midi un communiqué indiquant avoir obtenu "auprès du Premier ministre" l'autorisation de vendre le traditionnel brin porte-bonheur devant les boutiques de fleurs, fermées au public depuis le 17 mars comme la plupart des autres commerces jugés "non essentiels à la vie du pays".

Avant de se faire désavouer dans la soirée par le gouvernement qui a publié un strict rappel à la règle: ne sont autorisés pour les fleuristes que les livraisons et les retraits de commande sur leur pas de porte. Cette précision exclut de fait une autorisation formelle de ventes directes chez les fleuristes vendredi 1er mai.

Un porte-parole du ministère de l'Agriculture a rappelé que les ventes de muguet seront permises "dans les commerces de première nécessité dont l'ouverture est autorisée depuis le début du confinement", comme les supermarchés, épiceries, boulangers ou bureaux de tabac. Cette annonce faite le 21 avril par le ministre de l'Agriculture, qui souhaitait soutenir la filière horticulture des producteurs de muguet, avait d'ailleurs déclenché un tollé général chez les fleuristes sur le thème : "À chacun son métier". "Les magasins des fleuristes sont fermés comme tous les autres magasins", a tranché Didier Guillaume interrogé sur CNews jeudi soir 30 avril, "il ne peut pas y avoir de discrimination".

350 millions d'euros de pertes

"Ce que nous avons autorisé, c'est que les fleuristes puissent livrer ou qu'on puisse retirer sa commande devant le magasin, mais en aucun cas les magasins ne peuvent être ouverts", a-t-il martelé en rappelant que "l'objectif du gouvernement" est de "gagner la bataille contre le virus".

Préparation d'une composition florale de muguet, le 29 avril à La Couture dans le Pas-de-Calais. Photo : AFP/VNA/CVN

Dans la foulée, la Fédération des artisans fleuristes a aussi admis dans un communiqué rectificatif jeudi soir que "la possibilité pour les fleuristes de vendre sur leurs pas de portes n'a pas été accordée par le Premier ministre", mais seulement "évoquée lors d'une réunion à Matignon". De fait, la situation des fleuristes et de toute la filière horticulture est assez difficile.

À eux seuls, les 14.000 fleuristes français estiment qu'ils auront perdu au total près de 350 millions d'euros durant les deux mois de fermeture obligatoire du confinement. Beaucoup d'entre eux comptaient sur le 1er mai pour se refaire une petite santé financière. Cette journée constitue la 4e journée de l'année en terme de ventes pour les fleuristes, derrière la fête des mères, Noël et la Saint-Valentin, a expliqué Florent Moreau, président de la fédération.

Maigre consolation, les fleuristes ont obtenu que les ventes à la sauvette, au profit d'associations notamment, qui sont traditionnellement autorisées et qu'ils vivent comme une concurrence déloyale, soient aussi interdites cette année. "S'ils mettent leurs tréteaux de préparation de livraison devant les magasins, c'est un peu comme si, au niveau réglementaire, ils étaient autorisés à vendre", se rassure l'un d'entre eux en espérant qu'il n'y aura pas de contrôle trop tatillon.

En temps normal, durant le weekend du 1er mai, 31% des brins de muguet vendus en France sont achetés chez un fleuriste, 25% en grande distribution, 11% sur un marché, 9% en jardinerie, 4% sur l'exploitation et 20% dans d'autres lieux, notamment dans la rue, selon le panéliste Kantar. À l’Élysée, Emmanuel Macron a maintenu vendredi 1er mai la traditionnelle cérémonie de remise du muguet du 1er mai, mais en petit comité. Et le ministère de l'Agriculture explique sur son site Internet pourquoi il faut offrir du muguet vendredi 1er mai : "une tradition de porte-bonheur qui remonterait à la Renaissance".

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Partons sur les sentiers du Vietnam avec Capannam ! Les merveilles du Vietnam s’appréhendent en douceur avec l’aide de tous nos passeurs. Ils font le lien, ils ouvrent des portes et des coffres remplis de trésor.