05/06/2018 23:53
De la gestion du foncier dans les villes à la situation de la pollution et le traitement des déchets des entreprises, en passant par l’adaptation aux changements climatiques notamment dans le delta du Mékong, le ministre des Ressources naturelles et de l’Environnement, Trân Hông Hà, a éclairé les questions pressantes de l’heure, mardi 5 juin devant l’Assemblée nationale.
>>La qualité des réponses aux interpellations des ministres s'améliore
>>Interpellation du ministre des Ressources naturelles et de l’Environnement
>>Quatre groupes de questions au centre des interpellations
>>La protection environnementale est toujours au cœur de la coopération

Trân Hông Hà, ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement. Photo: Doan Tân/VNA/CVN
Le député Trân Van Minh de la province de Quang Ninh (Nord) s’est interrogé sur l’enfouissement des déchets solides générés par la vie quotidienne dans des sites aménagés, une méthode susceptible d’entraîner la pollution et fait courir des risques en matière de santé publique. Son homologue Luu Binh Nhuong de la province de Bên Tre (Sud) a précisé que le Vietnam rejette chaque année 12 millions de tonnes de déchets, et ce volume de déchets augmente de 9% en moyenne annuelle, tandis que la gestion des entreprises de traitement  des déchets laisse encore à désirer.

Le ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement devrait assumer l’entière responsabilité quand il s’agit des questions environnementales, en particulier des déchets solides, a-t-il déclaré, évoquant cependant un vide sur le guide des technologies adaptées à la complexité du traitement des déchets locaux. De nombreuses technologies avancées de traitement des déchets ont mal répondu aux besoins sur le terrain après leur application alors qu’aucune technologie vietnamienne n’a satisfait aux exigences opérationnelles, techniques et environnementales, a-t-il fait savoir.

Trân Hông Hà a indiqué avoir présenté un rapport au Premier ministre, et que son ministère travaille en collaboration avec les ministères de la Construction, des Sciences et des Technologies pour mettre au point des modèles technologiques le plus tôt possible. Questionné sur des projets inactifs ou inefficaces après l’expropriation des terres pour leur mise en œuvre, et des terres au profit des projets illégalement occupées, le ministre a reconnu que ce phénomène est survenu avant la promulgation de la Loi foncière de 2013, faute de capacités des investisseurs et des mesures de sanction.

Il est nécessaire d’envisager d’ajuster les dispositions différentes régissant la même question de la Loi sur l’investissement et la Loi foncière de 2013, en clarifiant le contenu de l’expiration de la période de 12 mois relative au retrait du projet, a-t-il indiqué le ministre, estimant que ce retrait devrait être suivi de dommages et intérêts restitutoires.

Avis des députés

Le député Nguyên Ngoc Phuong, de la province de Quang Binh (Centre). Photo: VNA/CVN
Interrogés par la presse après la séance d'interpellation, plusieurs députés ont exprimé leur satisfaction des réponses du ministre Trân Hông Hà. Le député Nguyên Ngoc Phuong, de la province de Quang Binh (Centre), a fait savoir que le ministre avait pris plusieurs mesures afin de répondre au changement climatique, comme la mobilisation des entreprises pour participer au règlement des questions environnementales. Il a estimé que la qualité des questions-réponses s'améliore de plus en plus, en appréciant les progrès en matière de temps d'interrogation et de réponse aux interpellations, qui permet de gagner du temps et d'exprimer les capacités des questionneurs et des répondants.

Partageant la même idée, le député Cao Dinh Thuong, de la province de Phu Tho (Nord), a indiqué que le ministre avait répondu clairement aux questions des députés, souhaitant que le ministre réalise ses engagements par des mesures concrètes, afin d’améliorer l’efficacité de la gestion de l’État dans le secteur des ressources naturelles et de l’environnement.

Le député Trân Ba Son, de la ville de Dà Nang (Centre), a reconnu que Trân Hông Hà avait répondu à la demande des députés. Pourtant, les questions concrètes relatives aux intérêts directs de la population et à la responsabilité des divers échelons et secteurs, notamment des autorités locales, ne sont pas encore claires. Le député Pham Tât Thang, de la province de Vinh Long (delta du Mékong), a souhaité que le ministre Trân Hông Hà et d’autres ministres accordent plus de temps à l'élaboration de mécanismes et de politiques. Les questions détaillées doivent être confiées à leurs adjoints pour que les chefs se concentrent sur le règlement des questions stratégiques.

Ce que disent des électeurs
 
Quant aux électeurs, Nguyên Phi Hung, vice-président de l’Association des anciens combattants de la province de Ninh Binh (Nord) a estimé que les réponses du ministre étaient concrètes et claires, se focalisant sur les questions brûlantes attirant l’attention publique. Le ministre a aussi cité la responsabilité des ministères et secteurs concernés. M. Hung a souhaité que les secteurs, ministères et localités rehaussent leur responsabilité dans divers domaines, notamment la gestion foncière, le règlement des plaintes et dénonciations, l’utilisation plus efficace des ressources du pays.

Plusieurs électeurs propose que le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement continue de rehausser la responsabilité dans la gestion foncière. Photo: BQN/CVN

L’avocat Trân Duc Phuong de Hô Chi Minh-Ville a souligné que la gestion foncière et des biens publics, notamment dans les grandes villes, constituaient toujours les questions "chaudes". Il a demandé aux organes publics de respecter pleinement la loi concernant la foncière et d’utiliser justement les biens publics confiés. Il a aussi demandé d’effectuer des sanctions non seulement contre les individus ayant directement commis des fautes mais encore les organisations, les organes et même les personnes concernées.

Nguyên Dac Tân, vice-président de l’Association d’amitié Vietnam - Russie de la province de Phu Yên (Centre), a constaté que les réponses du ministre contribuaient à régler certaines questions, mais n’étaient pas tout à fait satisfaisantes. Il a souhaité la prudence dans l’appel des investissements dans les zones économiques spéciales.

Concernant la pollution de l’air et les changements climatiques, le ministre Trân Hông Hà a précisé l’actuelle situation, les causes et les mesures, a estimé le Professeur associé et Docteur Hô Quôc Bang de l’Université nationale de Hô Chi Minh-Ville. "Le ministre a demandé au ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement et aux localités de renforcer le contrôle de la pollution atmosphérique par les transports", a-t-il précisé.

Pham Van Bach, président du Comité populaire de la commune de Khanh Thanh, district de Yên Khanh, province de Ninh Binh (Nord), a exprimé son inquiétude face à la pollution de l’environnement dans les villages de métiers et les zones industrielles. Alors, il a proposé d’examiner plus strictement les résultats des projets de règlement de la pollution de l’environnement.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Douceur de vivre sur l’île de Quan Lan à Quang Ninh Située dans le golfe du Bac Bô, aux confins septentrionaux du pays, à proximité de sites touristiques célèbres tels les baies de Ha Long et Bai Tu Long ou encore la plage de Trà Cô, l’île de Quan Lan, province de Quang Ninh (Nord), abrite de magnifiques paysages encore intacts.