05/01/2020 11:18
Lors d’un récent entretien avec la presse, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Trân Tuân Anh, affirme un soutien maximal aux entreprises et au développement durable des activités d’import-export.
>>Les exportations vietnamiennes : bilan de 2019
>>Thaco exportera plus de 1.000 voitures en Thaïlande et au Myanmar
>>Dix milliards de dollars comme objectif pour 2020

La valeur de l’import-export de 500 milliards d’USD en 2019 est un exploit pour le pays. Quelles ont été les mesures clés prises pour obtenir des résultats aussi satisfaisants ?

En décembre 2019, le chiffre d’affaires à l’import-export a officiellement atteint 500 milliards d’USD, un chiffre impressionnant montrant la croissance et le développement durable du commerce international dans la structure économique du Vietnam. Ce résultat l’a aidé à entrer dans le top 30 des pays du monde ayant une bonne croissance d’import-export. En particulier, l’excédent commercial de 10 milliards d’USD résout de nombreux problèmes de la macroéconomie. Nos réserves de devises abondantes et stables permettent de garantir l’élargissement des investissements et de la production, de maintenir et contrôler l’indice des prix à la consommation et de créer un environnement d’affaires favorable.

Pour cet exploit, il faut revenir à la Stratégie d’import-export des marchandises pour la période 2011-2020, avec vision 2030, élaborée par le ministère de l’Industrie et du Commerce et promulguée par le gouvernement en 2011. Cette stratégie a donné les orientations et objectifs pour parvenir en 2020 à une croissance annuelle des exportations de 10% et à résoudre fondamentalement le déficit commercial. Des solutions majeures ont été prises, dont le renforcement des capacités de production et d’exportation, le développement du marché, la restructuration des entreprises publiques, permettant ainsi d’atteindre les objectifs fixés.  

En plus d’une stratégie claire, il nous faut citer les efforts du gouvernement, des autorités des villes et provinces, des associa-tions d’entreprises et des sociétés qui ont valorisé leur rôle. Le gouvernement a accéléré les réformes administratives et juridiques afin de créer un environnement d’affaires adapté à la tendance du développement de l’économie mondiale. Il a encouragé notamment le développement du secteur privé.

Enfin, je peux affirmer que les entreprises vietnamiennes participent directement au processus d’intégration interna-tionale du pays et progressent rapidement en termes de capacités d’exportation.

Exploiter au mieux les marchés à l’export avec lesquels le Vietnam a conclu un accord de libre-échange (FTA) est l’une des solutions pour dynamiser les activités d’import-export. Que pensez-vous de l’efficacité de leur mise en œuvre ?

Les résultats dans l’import-export sont également dus aux actions fortes inscrites dans la Stratégie d’intégration internationale du pays. Nous avons négocié les signatures de 16 FTA dont 12 sont déjà mis en œuvre, aidant les marchandises vietnamiennes à bénéficier de conditions favorables de concurrence aux niveaux régional et mondial.

Avec ces accords, les taxes douanières pour les produits agricoles, aquacoles et plusieurs autres sont ramenées à 0%. Nous avons eu l’occasion d’introduire nos marchandises dans 200 marchés à travers le monde. La croissance du chiffre d’affaires commercial vers ces marchés est élevée et se maintient souvent à deux chiffres. Sur la base de cette croissance et dans un contexte général où la demande mondiale décroît rapidement et fortement, je peux affirmer que nous avons effectivement bien exploité les FTA.

Atelier de confection de vêtements chauds destinés à l’exportation d’une entreprise basée dans la  province de Hai Duong (Nord).
Photo : Danh Lam/VNA/CVN

Quels objectifs et mesures ont été fixés pour les activités d’import-export en 2020, dernière année de mise en œuvre du plan quinquennal de développement socio-économique 2016-2020 ?

Malgré les facteurs favorables, 2020 sera une année pleine de difficultés et de défis. La situation mondiale en termes de politique et de commerce sera compliquée. En particulier, les conflits voire les guerres commerciales entre les grandes puissances ne prendront pas fin, sans parler des instabilités politiques régionales et internationales. Cela pourrait menacer la stabilité économique et commerciale mondiale.

Par conséquent, la tâche la plus importante pour nous est, premièrement, de continuer de créer un contexte de stabilité macroéconomique et un environnement de paix favorable à la coopération du Vietnam avec ses partenaires. Deuxièmement, il est nécessaire de se concentrer sur les moteurs de la croissance par des réformes institutionnelles et juridiques pour parvenir à un développement en profondeur, étroitement lié aux activités d’investissement et d’intégration internationale. Troisièmement, il importe de poursuivre une stratégie d’intégration cohérente qui ne s’arrête pas simplement à la suppression des barrières tarifaires et à l’ouverture du marché, mais concerne aussi les réformes que nous avons engagées.

Enfin, je voudrais souligner une question qui, à mon avis, sera décisive. C’est celle du cadre de partenariat public-privé entre les organismes publics et le milieu des entreprises. La communauté des entreprises est le sujet central de l’intégration économique ainsi que des activités d’import-export. Et le gouvernement continue de mettre en œuvre de nombreuses solutions, des plans d’action aux programmes de réforme, pour créer un environnement d’affaires favorable aux entreprises. Le ministère de l’Industrie et du Commerce définit également son rôle dans ces programmes pour contribuer à assurer le développement durable des activités d’import-export et soutenir au maximum le milieu des affaires.

Linh Thao - Công Thuong/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Hôi An parmi les destinations les moins chères de la planète Les touristes dépensent environ 77,64 USD par jour pour les dépenses alimentaires de base à Hôi An, 7e ville dans le classement des destinations les moins chères de la planète, qui vient être publié par Holiday Money.