24/03/2020 16:43
À près de 90 ans, le colonel, docteur Phan Ngoc Minh demeure lucide. Il est actuellement le directeur du Centre de biotechnologie Dông Nam A, spécialisé dans la recherche et le transfert des produits biologiques dont l’acide aminé au service des malades, la gonadotrophine humaine ou HCG, utilisée pour gérer la reproduction de poissons.
>>Dak Nông : Lê Trong Tùng, l’ancien combattant exemplaire de Kiên Duc
>>Deux octogénaires montent au front contre la corruption

Le médecin-biologiste Phan Ngoc Minh (gauche) présente aux dirigeants du ministère des Sciences et des Technologies des produits de son établissement. 

Durant la résistance, Phan Ngoc Minh partit sur le front pour soigner les invalides de guerre et les civils. De ces années de guerre à son travail en laboratoire, Phan Ngoc Minh possède plus de 50 ans de carrière en tant que médecin-biologiste.

En 1964, le docteur Phan Ngoc Minh est nommé responsable de l’unité de médecine militaire du régiment 95 chargé de l’assistance de la révolution laotienne. Après des dizaines d’années sur le front, le médecin militaire et ses compagnons d’armée ont surmonté maintes difficultés, pour sauver la vie des invalides de guerre. Au premier rang, il a constaté les graves brûlures des soldats et ceux touchés par le paludisme. Ainsi, Phan Ngoc Minh a cherché à extraire les acides aminés dans le sang, ces éléments qui permettent au corps de se rétablir vite, afin d’éviter l’épuisement des patients.

En 1974, il mène ce projet d’extraction en laboratoire afin de fournir de l’acide aminé pour les soldats blessés et d’autres "produits" visant à renforcer le système immunitaire. Le laboratoire parvient à isoler les acides aminés, produisant des polyamines au service des cliniques et hôpitaux militaires.

La biologie au service de l’élevage

Parmi les réalisations du biologiste Phan Ngoc Minh et son équipe, il y a l’extraction de la gonadotrophine humaine ou HCG, utilisée pour la reproduction des poissons.  Entre 1975 et 1979, le laboratoire du médecin a fourni environ 60 millions d’unité de gonadotrophine humaine. Ces produits sont vendus à un prix modéré, soit la moitié du prix de ceux importés au Vietnam. Les éleveurs et fermiers en général apprécient particulièrement les produits de Phan Ngoc Minh.

Pendant les années 80, le secteur de l’élevage a connu de nombreuses difficultés. La maîtrise de la reproduction chez les bovins et les porcins n’était pas satisfaisante, causant des pertes économiques pour le secteur et une pénurie alimentaire dans le pays. De ce fait, le médecin biologiste décida de procéder aux études de la gonadotrophine chorionique équine pour l’usage en médecine vétérinaire. Les résultats des études de Phan Ngoc Minh furent réceptionnés par l’Institut de recherche agronomique. Par la suite, la gonadotrophine chorionique équine fut produite pour les fermes d’élevage du pays.

Lorsqu’il part à la retraite fin 1989, le docteur Phan Ngoc Minh prend l’initiative de fonder le Centre de biotechnologie Dông Nam A, attirant la participation de nombreux scientifiques et biologistes. Entre 1990 et 2019, ce centre a fourni des centaines de millions de doses d’acide aminé, permettant aux hôpitaux et aux établissements de soins pour les personnes âgées de renforcer l’état de santé des personnes vulnérables. De même, 60 millions d’unités d’HCG et de gonadotrophine chorionique équine ont été fournies au service des secteurs aquatique et de l’élevage.

Après plus de 50 ans d’études et de travail, le docteur Phan Ngoc Minh persiste dans sa  "devise" : les études scientifiques doivent aller de pair avec la réalité, apportant des résultats satisfaisants pour les patients et contribuant au développement économique.
 
Texte et photo : Hoàng Lan - PNM/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.