16/01/2019 11:08
"En signant officiellement l'accord de pêche, le Maroc et l'Union européenne (UE) ont mis un terme à un long processus de négociation", a expliqué Driss Aissaoui, analyste économique.
>>Le Maroc et l’UE entament les négociations dans le domaine de la pêche
>>Pêche : un nouvel accord UE-Maroc envisageable dans les "prochaines semaines"

La cheffe de la délégation de l'UE au Maroc, Claudia Wiedey, assiste à la cérémonie de signature du nouvel accord de pêche Maroc - UE, le 24 jullet 2018 à Rabat. Photo: AFP/VNA/CVN

Selon l'expert marocain, "cet accord se singularise par le fait qu'il ait été basé sur des prérequis particuliers. Il y a d'une part l'engagement du Maroc de consacrer les retombées financières à la satisfaction des besoins des populations des provinces sahariennes".

Il a souligné que l'UE s'engage à ce que les flottes européennes qui auront accès aux pêcheries des eaux marocaines se doivent de pratiquer une pêche responsable et totalement inscrite dans une démarche de durabilité.

De son côté, le professeur universitaire et expert en économie, Mohemed Cherki a indiqué qu'il s'agit d'un accord équilibré et bénéfique pour les deux parties, sur les plans économique, politique et stratégique.

"Cela permettrait aux dizaines de bateaux de pêche européens, surtout espagnols, de revenir pêcher dans les eaux marocaines pendant 4 ans: la Méditerranée et l'Atlantique sur une longueur de 3.500 km avec une capacité de production de 90 000 tonnes de poissons par an; contre une contribution de 52 millions d'euros pour financer des infrastructures portuaires dans le sud marocain qui fournit 60% des pêches destinées au marché européen", a expliqué M. Cherki.

Le Maroc, un grand partenaire économique
et politique dans la région MENA


Il a fait remarquer que le Maroc reste un grand partenaire économique et politique dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) bien avant la Turquie ou Israël.

"Il s'agit là des échanges de 50 milliards de dollars réalisés en 2018; mais aussi un gagne-pain important accompagné de plusieurs contrats pour les sociétés européennes dans un pays en mutation et qui se présente comme un excellent élève des institutions financières internationales", insiste M. Cherki.

Selon le professeur marocain, pour Rabat le bénéfique est d'abord politique. C'est une reconnaissance de la souveraineté marocaine sur les régions sahariennes à quelques jours du briefing de l'envoyé spécial pour le Sahara devant le Conseil de sécurité de l'ONU à la fin du mois.

Pour Larbi Mhidi, président de la Confédération nationale de la pêche côtière du Maroc (CNPC), "cet accord de pêche vient renforcer le partenariat stratégique multidimensionnel entre le Maroc et l'UE. Sa signature a été faite dans le strict respect du principe de l'intégrité territoriale du royaume".

M. Mhidi s'est réjoui du fait que l'accord comprend des dispositions visant à optimiser les retombées et les bénéfices pour les populations locales des zones concernées. Il a également affirmé que "ce succès est le fruit d'efforts continus et inlassables de tous les professionnels de la pêche au Maroc".

Le Maroc et l'UE ont signé l'accord de pêche incluant le Sahara, rappelent des observateurs locaux. Déjà validé par les deux parties le 24 juillet dernier à Rabat, cet accord renforce le partenariat stratégique multidimensionnel entre les deux partenaires. Il prévoit une hausse de la contribution financière de 40 millions d'euros en moyenne annuelle à 52,2 millions d'euros (+ 30%).

À noter que cet accord devra être entériné par les commissions compétentes du Parlement européen avant son adoption finale en plénière, le mercredi 16 octobre 2019.

Le Maroc coopère avec l'UE dans le domaine de la pêche depuis les années 1960, alors que le premier protocole remonte à 1988. Dans le cadre de ce partenariat, des accords d'une durée déterminée fixent, entre autres, la contrepartie financière et les quotas par espèces de poisson. 

Xinhua/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Excursion dans le village des marionnettes sur l’eau de Dào Thuc

Une année de succès pour Saigontourist 2018 a été une année pleine de réussite pour le voyagiste Saigontourist, avant tout grâce à ses nombreux programmes dont les résultats ont été au-delà des espérances.