25/08/2020 17:59
"Il constituera un outil d'accompagnement et un puissant levier non seulement pour les entreprises en difficulté du secteur immobilier mais également pour l'économie vietnamienne en général", commente Neil MacGregor du groupe Savills Vietnam.
>>Immobilier : 2,8 milliards d’USD d'IDE
>>Le Vietnam progresse au 56e rang de l'indice mondial de transparence immobilière de JLL

Le marché immobilier du Vietnam va s'accélérer sur la période 2021-2022.

Ces 25 dernières années ont prouvé que, même en période de crise économique, le Vietnam fait partie des rares pays à maintenir un taux de croissance relativement élevé. "On peut affirmer qu'outre le canal d'investissement dans l'or, l'immobilier reste l'option la plus sûre et la plus efficace", déclare Neil MacGregor.

En tant que l’un des premiers compagnons de Savills Vietnam sur ce marché, Neil MacGregor fait part de ses impressions sur le développement du marché immobilier vietnamien au cours des 25 dernières années (1995-2020).

Les données de l'Office général des statistiques montrent que le Vietnam a enregistré une croissance de plus de 9% en 1995 (9,54%) et 1996 (9,34%), ce qui correspond au GDP moyen par habitant de 277 dollars et 324 USD. L'inflation est passée des deux chiffres de 12,7% en 1995 à 4,5% en 1996 et 3,6% en 1997. Neil MacGregor fait remarquer que ces années constituaient une période de pointe du marché immobilier. La forte croissance du GDP a incité les gens à croire en l'avenir radieux de l'économie, ce qui a fait grimper considérablement le prix des logements.

Selon Neil MacGregor, le marché immobilier au Vietnam a également connu de nombreux hauts et bas et a commencé à se transformer en 2000, pour être en plein essor dans la période 2001-2002, avec une croissance respective du GDP de 6,79% / an et 6,89% par an.

Un fort taux de croissance a continué d’être enregistré en 2004-2007 avec une croissance moyenne du GDP de 8,23% grâce aux signaux positifs de l'économie et l'anticipation du cycle de reprise. Dans le même temps, les flux de capitaux étrangers ont afflué continuellement sur le marché. Les politiques de l'État ont contribué également à favoriser le développement du marché immobilier.

Les prix et les transactions durant ces années étaient en augmentation. L'immobilier est devenu un canal d'investissement attirant de nombreuses classes sociales. Avec deux fièvres du logement en 2001-2003 et 2007-2008, les prix des logements ont augmenté à plusieurs reprises, pour être complètement hors de portée des personnes à revenus faibles ou modérés dans les grandes villes comme Hanoï ou Hô Chi Minh-Ville.

Cependant, depuis 2008, le marché immobilier au Vietnam est entré dans un cycle de récession. Les prix des logements ont baissé de 30 à 40% en peu de temps.

Même l'inventaire immobilier en 2012 s'élevait à plus de 100.000 milliards de dôngs. Les créances irrécouvrables de nombreuses entreprises immobilières sont montées en flèche. L'inflation a explosé, poussant la Banque d'État à resserrer sa politique monétaire.

Depuis 2012, les agences de gestion de l'État se sont efforcées de promulguer de nombreuses politiques et plans de relance économique pour attirer les investissements et supprimer les difficultés du marché. Par conséquent, le marché a commencé à enregistrer des changements positifs.

En particulier, les entreprises qui investissent dans les projets de logements sociaux ou les locaux commerciaux à bas prix ont réduit les obligations financières. En parallèle, l’État a progressivement introduit un programme de crédit de 30 milliards de dôngs pour aider le marché immobilier vietnamien à se redresser, bien que l’offre soit encore bien plus grande que la demande en matière de logements sociaux.

Taux de croissance des plus élevés de la région

De plus, le marché immobilier a explosé dans les segments haut de gamme et les resorts. Cela a contribué à façonner un tout nouveau visage aux provinces à emplacements géographiques favorables comme Bà Ria-Vung Tàu, Phu Quôc, Dà Nang, Thanh Hoa, Quang Ninh ou encore Hai Phong.

Depuis 2018 et jusqu'à maintenant, le Vietnam continue d’être l'un des pays avec un taux de croissance des plus élevés de la région.

Récemment, la Banque mondiale a prévu que la croissance du GDP vietnamien atteindrait 3,0% d'ici 2020 et s'attend à ce que l'économie vietnamienne se redresse relativement rapidement et ait un taux de croissance de 6,8% d'ici 2021.

Avec des facteurs macroéconomiques et budgétaires stables et une croissance du GDP conforme aux prévisions, les experts de Savills estiment que le marché immobilier vietnamien a été "testé" au cours des 25 dernières années et qu’il surmontera facilement la période difficile provoquée par la pandémie du COVID-19.
 
Texte et photo : Minh Thu/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

La Dans un contexte de déplacements limités et de sentiment d’insécurité, les mini-voyages à proximité du domicile sont en plein essor dans le monde entier y compris au Vietnam.