05/09/2014 16:13
À l’approche de la Fête de la mi-automne, le marché de la pâtisserie, notamment traditionnelle, est de plus en plus animé. De nombreux clients font la queue dès l’aube devant les pâtissiers de village de Xuân Dinh, ou les magasins spécialisés tels que Bao Phuong, Ninh Huong, Mme Dân...

>>La Fête de la mi-automne au Musée d’ethnographie du Vietnam
>>Plus de 2.000 gâteaux de la lune offerts aux enfants pauvres

Les gâteaux de lune du village de Xuân Dinh sont appréciés pour leur qualité et, surtout, leur saveur. Photo : LD/CVN


Le village de Xuân Dinh, situé dans l’arrondissement de Tu Liêm Nord en périphérie de Hanoi, est célèbre pour ses gâteaux traditionnels. En visitant Xuân Dinh en ce moment, les nombreux et divers parfums des composants des gâteaux de la lune, riz gluant, graines de melon, noisettes, pâte de graines de lotus, haricots, viande, saucisses, feuille de citron, sésame... envahissent tous les coins du village.

Aujourd’hui, Xuân Dinh possède environ 40 établissements de production de ces gâteaux. Leurs produits sont appréciés pour leur qualité et, surtout, leur saveur. Ce village de métier ne prépare pas seulement des pâtisseries traditionnelles, ses artisans recherchent souvent de nouvelles méthodes de fabrication ou créent de nouveaux types de gâteaux avec de nouvelles premières matières pour satisfaire au mieux aux attentes ou à la curiosité de ses clients.

Quelques jours avant la fête de la lune, devant les magasins Binh Cung, Hông Hanh, Thành Công, Sinh Hùng..., les clients sont en nombre, non pas seulement de Hanoi, mais aussi de provinces voisines de Bac Ninh, Phu Tho, Vinh Phuc, et même du Thai Nguyên... Pour servir tout le monde, les pâtissiers sont astreints à 12 heures de travail par jour.

«Cette année, les gens font un retour de plus en plus net vers les produits traditionnels, au point que nous avons augmenté de 30 % notre production par rapport à l’année précédente», indique Pham Thanh Xuân, qui fabrique les gâteaux Sinh Hùng.

Au centre-ville de la capitale, les produits de marques traditionnelles comme Bao Phuong, Mme Dân, Ninh Huong, Mme Tuyêt, la compagnie de friandises de Hanoi... commercialisent leurs produits sans difficulté. Beaucoup de gens les choisissent pour leurs saveurs traditionnelles mais à un prix raisonnable, d’entre 20.000 et 50.000 dôngs.

«Aujourd’hui, il y a beaucoup de produits de luxe, mais je préfère la saveur des gâteaux que ma mère a achetés. Ils sont vraiment délicieux, avec juste ce qu’il faut de saucisse, de graine de melon, de sésame et de feuille de citron...», déclare Mme Minh Hang, de l’arrondissement de Hoàn Kiêm.

Beaucoup de gens font la queue devant le magasin Bao Phuong sur la rue de Thuy Khuê pour acheter ses gâteaux de la lune. Photo : VNA/CVN


Depuis deux semaines, dans la rue Thuy Khuê de l'arrondissement de Tây Hô, on voit des gens faire la queue devant le magasin Bao Phuong pour acheter ses gâteaux de la lune. Selon son propriétaire, Pham Van Dinh, plus de 300 gâteaux partent chaque jour. «Même s’il faut attendre plus d’une heure, acheter ces produits à peine sortis du four est un véritable plaisir», confie avec le sourire Nguyên Duy Vinh, un habitant de la rue de Lac Long Quân de l’arrondissement Tây Hô.

Aujourd’hui, plusieurs gâteaux de luxe sont commercialisés sur le marché, mais le segment des produits traditionnels conserve toute sa dynamique comme sa croissance. Les saveurs de ces gourmandises ancestrales, et donc les valeurs culturelles qu’elles représentent, ont une place importante dans l’esprit des Vietnamiens en cette période de l’année.

Hai Vu/CVN



Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.