27/10/2020 18:05
Le littoral du Vietnam est de plus en plus exposé aux catastrophes naturelles, entraînant d’importantes pertes humaines et économiques, mais les mesures actuelles de gestion des risques s’avèrent insuffisantes.
>>Les crues et inondations ont fait 138 morts et disparus
>>Inondations et glissements de terrain : le Centre crie au secours

Des inondations dans le Centre du Vietnam.
Photo : VNA/CVN

Une nouvelle stratégie de développement de la résilience est nécessaire de toute urgence - sinon, une croissance économique supplémentaire au cours de la prochaine décennie de l’ordre de milliards de dollars pourrait être effacée par des chocs naturels, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale.

Les tempêtes et les inondations dévastatrices en cours qui ont frappé la partie centrale du Vietnam sont les dernières preuves d’une tendance inquiétante selon laquelle les risques naturels, déjà importants, s’intensifient en raison de l’urbanisation rapide, du développement économique et du changement climatique.

Resilient Shores, un rapport élaboré conjointement par le gouvernement du Vietnam, la Banque mondiale et la Facilité mondiale pour la réduction des catastrophes et le relèvement publié le 21 octobre 2020, fournit des statistiques qui donnent à réfléchir sur la vulnérabilité du littoral et sur les personnes et les éléments les plus touchés.

"Pour assurer le développement durable des zones côtières du Vietnam, nous ne pouvons ignorer les défis des chocs naturels et du changement climatique. Pour garantir la prospérité, nous devons investir dans la résilience", a déclaré Trân Quang Hoai, directeur général de l’Autorité de gestion des catastrophes du Vietnam, ministère de l’Agriculture et du Développement rural.
 
Le rapport estime que 12 millions de personnes dans les provinces côtières sont exposées à la menace d’inondations intenses et que plus de 35% des colonies sont situées sur des côtes en érosion. Chaque année, 852 millions d'USD en moyenne - soit 0,5% du PIB - et 316.000 emplois dans des secteurs économiques clés sont menacés par les inondations fluviales et côtières.

Les installations et infrastructures publiques sont également menacées, ce qui signifie une interruption de la prestation des services au moment où elles sont le plus nécessaires. Les graves inondations touchent directement 26% des hôpitaux et centres de santé publics et 11% des écoles de la région. Plus d’un tiers du réseau électrique vietnamien est situé dans des zones boisées, au risque d’être endommagées par les arbres tombés par la tempête.

Distribution de l'eau potable et des nourritures aux populations sinistrées dans la province de Quang Binh, le 23 octobre. Photo : VNA/CVN

Malgré de nombreux progrès au cours de la dernière décennie, le système actuel de gestion des risques du Vietnam est toujours confronté à des défis importants. Les principales lacunes identifiées par le rapport comprennent des informations sur les risques fragmentées et incomplètes et une application inefficace des réglementations connexes telles que l’aménagement du territoire, les codes du bâtiment, les normes de sécurité et l’entretien systématique des systèmes d’infrastructure. Par exemple, le rapport montre que les deux tiers du système de digues marines du Vietnam ne répondent pas aux exigences de sécurité prescrites.

"Si les tendances actuelles de développement économique rapide dans les zones à haut risque se poursuivent, les pertes dues aux catastrophes ne manqueront pas d’augmenter", a déclaré Carolyn Turk, directrice nationale de la Banque mondiale pour le Vietnam. "Il est temps d’adopter une nouvelle approche pour équilibrer les risques et les opportunités afin que les régions côtières du Vietnam puissent continuer à être un moteur de croissance tout en étant résilientes aux chocs".

Le rapport présente un plan d’action concret dans cinq domaines stratégiques qui doit être déployé immédiatement et de manière décisive, notamment le renforcement des données et outils d’aide à la décision en établissant des bases de données sur les catastrophes naturelles librement accessibles, ainsi que des systèmes de gestion des actifs pour les infrastructures critiques.

D’autres domaines comprennent la factorisation des risques dans le zonage et l’aménagement du territoire sur la base des meilleures informations disponibles, la mise à profit des solutions fondées sur la nature en exploitant de manière systématique la fonction protectrice et la contribution économique des écosystèmes, l’amélioration de la préparation aux catastrophes et de la capacité de réponse en renforçant le système d’alerte précoce, la capacité de réponse locale, les filets de sécurité sociale et le financement global des risques.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ambiance "électropicale" dédiée aux jeunes francophones

Le nombre de touristes étrangers au Vietnam diminue de 76,6% en onze mois Le nombre d'arrivées internationales au Vietnam en novembre a connu une augmentation de 19,6% par rapport à octobre mais a baissé de 99% en variation annuelle.