06/04/2019 14:30
Avec ses plages de sable fin et son vent favorable toute l’année, Mui Né est considéré comme l’un des meilleurs spots de kitesurf d’Asie. Débarqué au Vietnam dans les années 2000, ce sport s’est rapidement fait une place chez les amateurs de sensations fortes.
>>La course internationale de planche à voile à Bà Ria - Vung Tàu
>>Planche à voile : clôture du tournoi Fun Cup 2018 à Binh Thuân
>>Mui Ne parmi les plus belles plages d'Asie-Pacifique

Le "kitesurf" peut être pratiqué presque toute l’année à Mui Né, province de Binh Thuân (Centre).
Photo: CTV/CVN

Mui Né, littéralement "le Cap du Refuge", est situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Phan Thiêt, province de Binh Thuân (partie méridionale du Centre). Ses plages de sable blanc, son eau turquoise et sa nature luxuriante font de cet endroit un paradis. Pour le kitesurf, Mui Né offre de multiples conditions qui plaisent tant aux débutants qu’aux experts. Toute l’année, l’été en particulier, le vent y souffle assez fort pour pouvoir profiter de ce sport de glisse nautique.

"Le +kitesurf+, ou planche aérotractée, consiste à glisser sur une planche de surf guidée par un cerf-volant (kite en anglais) suspendu à une vingtaine de mètres de l’eau", explique Trân Dang Hai, 36 ans, entraîneur de ce sport depuis une dizaine d’années.

Selon le modèle choisi, deux à cinq cordes relient la barre de direction à l’aile. Le pratiquant est attaché avec un harnais à la barre, avec laquelle il pilote l’aile.

"Le plaisir d’être dans l’air et dans l’eau"

Trân Dang Hai a découvert le kitesurf en 2006. À cette époque-à, ce sport nautique de nouvelle génération manquait encore de notoriété au Vietnam. "En 2006, seul un Français exerçait le +kitesurf+ à Mui Né. Le voir s’élever à plusieurs mètres au-dessus des vagues, ça m’a donné envie de faire pareil", raconte-t-il.

Pratiquant la planche à voile depuis deux ans, Trân Dang Hai a rapidement progressé en kitesurf. Après seulement deux ans, il pouvait déjà l’enseigner. Ses cours ont eu de plus en plus de succès au fil des mois.

Trân Dang Hai et une apprenante étrangère de "kitesurf" à Mui Né.
Photo: ST/CVN

"Le +kitesurf+ a commencé à émerger à Mui Né en 2012. Il a séduit les pratiquants par ses sensations fortes. C’est un plaisir d’être à la fois dans l’air et dans l’eau", partage Trân Dang Hai. Une fois que le pratiquant maîtrise les rudiments liés au matériel et au vent, il peut commencer à prendre plus de vitesse et même à sauter en effectuant des figures. Par ailleurs, dévaler les vagues ou pratiquer le kitesurf au large des côtes représente un attrait supplémentaire du sport.

Lors de chaque saison de kitesurf, Trân Dang Hai l’enseigne à une centaine de personnes, pour la plupart des Allemands, Suisses, Néerlandais et Français venus à Mui Né pour échapper à l’hiver dans leurs pays. "Ces dernières années, des Russes, Chinois et Singapouriens se sont également inscrits à mes cours", se réjouit-il.

"L’apprentissage du +kitesurf+ est bien plus rapide que la planche à voile", estime-t-il, en évoquant le fait que seules quelques séances sont nécessaires pour acquérir la technique et assimiler les règles de sécurité.

Mui Né, un lieu idéal pour se dégourdir les jambes lors d’une bonne session de kite.
Photo: CTV/CVN

"Mes séances pour les débutants durent 17 heures. En plus de les aider à se tenir sur la planche, je leur fournis les procédures de sécurité essentielles. Certains ont besoin de plus de 17 heures, d’autres moins, notamment ceux qui ont déjà pratiqué la planche à voile. Par ailleurs, une bonne condition physique aide à progresser plus rapidement, à avoir plus d’endurance et à éviter les blessures", ajoute-t-il.

Toujours selon lui, pour beaucoup de débutants, la confiance en soi et en leur équipement est un facteur primordial. Ainsi, l’entraîneur les aide à se détendre et leur montre à quel point l’équipement est sûr. "À la fin du cours, nos apprenants auront les connaissances et compétences nécessaires pour prendre des décisions seuls et pratiquer en toute sécurité", assure Trân Dang Hai. Cela comprend le fait de bien comprendre le vent, les marées et de savoir comment rester en sécurité dans toutes les conditions.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Universités francophones d'Asie-Pacifique au rendez-vous à Hô Chi Minh-Ville

Les maisons d'hôtes à Sa Pa attirent de plus en plus de visiteurs Afin de décharger le trop-plein de visiteurs du bourg de Sa Pa et d’améliorer les moyens de subsistance de la population locale, la province de Lào Cai (Nord) se concentre sur le développement de l’agritourisme.