22/04/2020 17:52
Le ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi a déposé mardi 21 avril une protestation contre l’envoi par la Chine de navires dans les eaux territoriales japonaises près des îles de Senkaku dans la mer de Chine orientale, a rapporté l’agence de presse Kyodo.
>>Senkaku/Diaoyu : Washington conseille aux avions de ligne de signaler leur présence
>>Le Japon condamne les restrictions chinoises de pêcher en Mer Orientale

Cette photo prise en septembre 2012 montre les îles de Senkaku dans la mer de Chine orientale.
Photo : Kyodo/CVN

Des navires chinois ont pénétré dans les eaux près des îlots sous contrôle japonais sept fois cette année, plus récemment vendredi dernier, lorsque quatre navires des garde-côtes ont traversé la région pendant environ 90 minutes avant de partir. La Chine appelle les îlots Diaoyu et les revendique comme les siens, a-t-elle fait savoir.

Motegi a soulevé la question lors d’un entretien téléphonique en soirée avec son homologue chinois Wang Yi, ainsi que des inquiétudes concernant la création par la Chine de districts pour administrer les archipels de Hoàng Sa (Paracels) et Truong Sa (Spratly) en Mer Orientale. "Nous condamnons tous les actes qui exacerbent les tensions" dans la région, a déclaré le ministre japonais des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse.

La Chine a annoncé 18 avril la création des soi-disants arrondissements dans la "ville de Sansha",  Xisha sur l’archipel vietnamien de Hoàng Sa et Nansha sur l’archipel vietnamien de Truong Sa, en Mer Orientale. Cet acte est dénoncé comme une nouvelle escalade chinoise en Mer Orientale et une violation de la souveraineté du Vietnam.

Le Vietnam a vigoureusement affirmé à plusieurs reprises disposer de preuves historiques et fondements juridiques suffisantes pour affirmer sa souveraineté sur les archipels de Hoàng Sa et Truong Sa, a déclaré le 19 avril la porte-parole du ministère vietnamien des Affaires étrangères, Lê Thi Thu Hang.

La position constante du Vietnam est de s’opposer fermement à la création de la soi-disante "ville de Sansha" et aux actes s’y rapportant qui ont gravement violé la souveraineté du Vietnam, sont nuls et non avenus, ne profitent pas aux relations d’amitié entre les nations et compliquent la situation en Mer Orientale et dans le monde, a-t-elle affirmé.

Le Vietnam demande à la Chine de respecter la souveraineté du Vietnam, d’annuler ses décisions injustes liées à ces actes et de ne pas reproduire des actes similaires à l’avenir, a conclu la porte-parole.

VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

La porte de la ville ouverte sur la mer Autrefois paisible bourgade, Vung Tàu, la porte d’entrée de l’estuaire menant à Hô Chi Minh-Ville, est devenue sous l’impulsion du commerce de la pêche et du tourisme une ville importante du Sud.