04/09/2018 18:22
La compagnie pétrolière britannique BP s'est engagée à investir "plusieurs millions de dollars" dans le développement de l'Institut sénégalais du pétrole et du gaz (INPG) pour aider à renforcer les capacités nationales dans le secteur.
  >>La demande mondiale de pétrole va atteindre son pic
>>BP : nouvelle charge de 1,7 md USD liée à la marée noire de 2010

La compagnie pétrolière britannique BP indique le texte, s'est engagée à investir plusieurs millions de dollars jusqu'en 2021 (au moins) dans cet institut tout juste créé par les autorités sénégalaises. Cet engagement financier est le fruit d'un accord signé par BP et son partenaire Cosmos Energy, avec le Comité sénégalais d'orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-Petrogaz).

BP est arrivée en Mauritanie et au Sénégal par le biais d'un accord avec le groupe Kosmos Energy, annoncé en décembre 2016. Au Sénégal, BP sponsorise depuis 2017 un programme de cours d'anglais visant à améliorer les compétences linguistiques de 50 cadres administratifs sénégalais. Entre 2014 et 2016, d'importantes réserves de pétrole et de gaz ont été découvertes au large des eaux sénégalaises et à cheval entre la Mauritanie et le Sénégal.

En février, le Sénégal et la Mauritanie ont conclu un Accord de coopération internationale (ACI) portant sur l'exploitation, à partir de 2021, du gisement gazier offshore commun "Grand Tortue-Ahmeyim" (GTA) estimé à 450 milliards de mètres cubes, soit l'équivalent de 14% des réserves de gaz du Nigeria. L'accord a récemment été approuvé par les députés sénégalais.

L'accord permet au découvreur américain Kosmos Energy et à la major britannique BP de décider, au cours de cette année, du lancement de l'exploitation du gisement. La multinationale pétrolière britannique envisage de faire ses premières livraisons de gaz sur le marché mondial à l'horizon 2021.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang