12/12/2019 17:43

>>La Colombie attend un geste de l'ELN pour sauver le dialogue de paix
>>Gouvernement et guérilla de l'ELN ne parviennent pas à conclure un cessez-le-feu

Le gouvernement colombien est prêt à reprendre les négociations de paix avec l'Armée de libération nationale (ELN), l'un des principaux groupes opposants du pays, a déclaré mercredi 11 décembre un responsable. Le Haut-Commissaire colombien pour la paix, Miguel Ceballos, a déclaré à la chaîne de télévision Caracol que le groupe rebelle devait accepter les conditions du gouvernement pour que les pourparlers puissent avoir lieu. Ces conditions sont la suspension de la lutte armée en Colombie et la libération de tous les otages de l'ELN. "Au nom de la société civile, nous demandons à l'ELN de se plier aux conditions fixées par le président Ivan Duque", a indiqué M. Ceballos, ajoutant que ces conditions étaient "légitimes". L'ELN aurait récemment incendié plusieurs véhicules de transport de marchandises qui se dirigeaient vers la côte dans la région de Bajo Cauca, dans le département d'Antioquia. "Ce n'est pas le type de réponse que le peuple colombien attend... L'ELN doit sérieusement envisager de tourner la page de la violence", a ajouté M. Ceballos. En janvier, le président Duque a suspendu les pourparlers de paix avec l'ELN organisés à La Havane, à Cuba, à la suite d'un attentat à la voiture piégée commis contre l'Académie de police Général Santander. L'attaque avait fait 21 morts et 68 blessés.


Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Hô Chi Minh-Ville vise les 10 millions de touristes étrangers La mégapole du Sud ambitionne d’accueillir 10 millions de touristes étrangers et 35 millions de touristes vietnamiens en 2020, pour un chiffre d’affaires de 165.000 milliards de dôngs.