11/02/2021 14:16
Dans cette région du Sud, les modes de vie sont sincères, simples et généreux avec des traits culturels typiques. Le goût du Têt est une caractéristique unique du bas-Mékong.
>>Les belles couleurs des marchés flottants au Nouvel An lunaire
>>Les marchés flottants du delta du Mékong

À l’occasion du Têt traditionnel, si les Vietnamiens du Nord cuisinent du porc chaud-froid et confectionnent le bánh chung (gâteau carré de riz gluant, farci de viande et de haricots), ceux du Sud en général, et du delta du Mékong en particulier, préparent le porc au caramel et le bánh tét (bûche de riz gluant farcie et cuite à la vapeur). Ces deux plats sont indispensables et constituent les symboles pérennes des copieux repas du Têt.

Le "bánh tét" (bûche de riz gluant farcie et cuite à la vapeur), gâteau traditionnel du Têt dans le Sud.
Photo : Truong Giang/CVN

Le bánh tét représente une sorte de "gâteau sacré" et précieux pour tous les habitants du Sud. Malgré une vie bien chargée, chaque famille s’efforce de préparer elle-même ces gâteaux. 

La préparation se fait en famille et permet de resserrer les liens entre ses membres. Lors de la cuisson du bánh tét, le foyer se réunit autour du feu pour veiller sur la marmite en buvant du thé et en bavardant toute la nuit. 

Le bánh tét est souvent offert aux ancêtres de la famille pendant le Têt. Il symbolise la longue tradition de la riziculture irriguée. Il représente  également la créativité de l’art culinaire des ancêtres sur la fécondité. Les ficelles qui enrobent le bánh tét symbolisent les relations de voisinage et la solidarité entre les membres de la communauté. Deux pièces sont attachées en une paire, ce qui signifie un couple heureux.


Le porc au caramel est indispensable sur le plateau des plats du Têt des familles du delta du Mékong. 

Photo : CTV/CVN


Pour le plateau du Têt, il est indispensable que soit présent un plat de viande de porc au caramel et aux œufs servi avec des légumes salés et fermentés. Ce mets plutôt simple exprime l’équilibre entre le Yin et le Yang, avec l’image des œufs ronds (Yang) déposés à côté de morceaux de viande carrés (Yin), symbolisant ainsi l’harmonie et favorisant une nouvelle année heureuse et réussie.

Lever des filets de pêche

À l’approche du Têt, les paysans du delta du Mékong retirent leurs filets de pêche pour récolter poisson et crevettes, une pratique du Nouvel An lunaire propre à cette région.

Autrefois, presque toutes les familles du delta du Mékong disposaient d’au moins un étang ou d’un fossé relié de près ou de loin à un bras ou à une rivière affluente du fleuve, de sorte que, pendant la saison des crues, les poissons venaient y nager. Avec la décrue, ces derniers se retrouvaient piégés et étaient captures conservés par les habitants.

Aujourd’hui, à l’approche du Têt, les voisins continuent de se rassembler pour une pêche commune. Les gros poissons seront vendus pour gagner de l’argent alors que les plus petits seront gardés pour les vacances du Têt. Dans les zones rurales, presque toutes les maisons autour du fleuve installeront des filets pour la pêche. Habituellement, les gens mettent des branches séchées sur la rivière et les recouvrent de filets comme abri pour les poissons. Après deux ou trois mois, on peut les retirer pour profiter d’une abondance de poissons.

Coutumes du delta du Mékong

Pour les gens du bas-Mékong, le Têt est l’occasion de revenir aux sources et des retrouvailles familiales. Les gens rendent visites et  nettoient les tombes des défunts avant d’inviter les âmes des ancêtres à célébrer le Têt avec leur ancienne famille.

Dans cette région et selon le spécialiste en culture du Sud, Truong Ngoc Tuong, on n’y "fête" pas le Têt, mais on y "mange du Têt". Car, en plus de se reposer, de sortir et de prendre soin de soi et des autres, on prépare surtout de bons repas pour sa famille et ses ancêtres.

Pour les Vietnamiens, être rassasié et heureux pendant les vacances du Têt amènera les ancêtres à l’être encore plus.

Les trois jours du Têt correspondent à trois jours de plaisir simple où l’on mange, on visite ses proches et on se souhaite le meilleur pour la nouvelle année. Les habitants vont de maison en maison pour souhaiter les vœux du Nouvel An lunaire. Ils boivent ensemble des verres d’alcool et de thé. Le Têt dans le delta du Mékong est ainsi, animé et chaleureux, amical et solidaire.

Par ailleurs, les habitants de nombreuses localités au Sud ont également l’habitude de cuisiner du chè (compote liquide) le soir du réveillon. Ils considèrent ce plat comme un symbole de retrouvailles, de chaleur, de douceur et de bonheur. Le chercheur Truong Ngoc Tuong témoigne : "Ma famille prépare souvent le +chè+ l’après-midi du dernier jour du 12e mois lunaire”. Après en avoir mangé, nous arrosons aussi les plantes et les fleurs du jardin. C’est aussi un moyen pour les gens de ne pas vraiment travailler pendant les trois premiers jours du Nouvel An". 

Marchés flottants

Vivant sur et autour d’un entrelacement de rivières et de canaux, un certain nombre d’habitants du delta du Mékong se déplacent principalement par bateau. Les marchés se forment également sur les rivières et sont connus sous le nom de marchés flottants. Le delta du Mékong compte actuellement de nombreux marchés célèbres de ce genre tels que Phong Diên, Cai Rang (province de Cân Tho), Nga Nam (Soc Trang), Nga Bay (Hâu Giang) qui constituent une spécificité culturelle de cette région fluviale.


À l’approche du Têt, les marchés flottants sont très animés.

Photo : CTV/CVN


Ces marchés flottants sont habituellement très animés. À partir du 23e jour du 12e mois lunaire, des bateaux venus de nombreuses provinces naviguent jusqu’au marché, avec  les cales remplies de fruits (banane, pamplemousse, ananas, mangue, noix de coco) et surtout de pastèque, indispensable et très consommé pendant le Têt. En effet, la coutume veut que, dans chaque famille, on choisisse chaque année une paire de grosses pastèques rondes pour l’autel des ancêtres. Les bateaux de pastèques, vedettes de ces marchés à l’approche du Nouvel An, envahissent donc les rives.

Les couleurs éclatantes des fleurs du Têt ajoutent également des couleurs chatoyantes à ces marchés flottants. Il existe de nombreux types de fleurs, mais les principales à être achetées sont celles de l’abricotier jaune et le chrysanthème. Le jaune recouvre alors les rivières au printemps.

Voilà un Têt de plus dans le delta du Mékong. Une fête simple, généreuse, chaleureuse et familiale, remplie d’amour dans chaque village et dans le cœur de chacun.
Trung Khánh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre

Les plus belles plages du Vietnam Avec un littoral s’étirant sur plus de 3.000 km, le Vietnam abrite de nombreuses plages de sable fin. Sans oublier la multitude de baies, marais, lagunes et autres blocs de pierres à la structure originale, ou encore les îles tropicales aux plages immaculées.