31/05/2018 09:22
Le géant du pétrole Petrobras, une compagnie d'État brésilienne, maintiendra sa politique tarifaire impopulaire en dépit d'une grève nationale prolongée des routiers, a déclaré mercredi 30 mai le gouvernement.
>>Brésil: suspension de la grève des routiers pendant 15 jours
>>Brésil : le secteur pétrolier retrouve le sourire

La raffinerie Presidente Bernardes de Petrobras, en Cubatao, près de Sao Paulo, le 28 mai. Photo: AFP/VNA/CVN

La grève des camionneurs entre dans sa dixième journée, le bureau de la présidence brésilienne a affirmé qu'il ne ferait pas marche arrière sur sa décision de libéraliser les prix du carburant, qui sont désormais déterminés quotidiennement en fonction des taux des marchés internationaux.

"Le gouvernement du président Michel Temer est déterminé à préserver la santé financière de Petrobras, une compagnie qui a été sauvée d'une crise grave au cours des deux dernières années, sous la direction de Pedro Parente", a déclaré le bureau de M. Temer dans un communiqué. À la mi-2016, M. Parente a repris la gestion de l'entreprise, qui traversait de graves difficultés après l'arrestation ou le renvoi de ses hauts dirigeants pour pots-de-vin et corruption.

La compagnie a longtemps plafonné les prix du carburant pour limiter l'inflation, malgré des pertes de plusieurs millions. Mais en juillet, la direction a finalement annoncé qu'elle laisserait désormais les prix fluctuer en fonction du taux de change du dollar et de la demande des marchés. Suite à la récente hausse des prix mondiaux du brut, les prix de l'essence et du gazole sont montés en flèche, conduisant les routiers à bloquer les autoroutes pour demander une baisse des prix et une réduction de leurs impôts.

La situation a empiré mercredi 30 mai, lorsque les travailleurs du pétrole ont eux aussi lancé une grève de 72 heures pour s'opposer à la politique tarifaire et à la gestion de M. Parente. Organisée par le plus grand syndicat des travailleurs du pétrole du Brésil, le FUP, cette grève affecte les raffineries, les terminaux et les plateformes pétrolières de plusieurs Etats du pays. "Notre grève vise à défendre le Brésil, afin que les Brésiliens paient des prix décents pour leur carburant et leur gaz de cuisine", a déclaré dans un communiqué Jose Maria Rangel, coordonnateur général du FUP.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Luang Prabang, Udon Thani et Quang Ninh: un triangle de patrimoines mondiaux La promotion du triangle de patrimoines mondiaux lors d’un forum commun a offert des opportunités de développement des produits touristiques empreints des particularités culturelles de chaque pays, contribuant ainsi à créer des circuits attrayants, notamment pour les touristes venant d’Europe et d’Amérique du Nord.