16/02/2019 10:08
Âgé de 82 ans, Hoàng Xuân Luu, chanteur réputé de sac bùa (salut du Têt), continue de consacrer sa vie à étudier, collecter et créer ces airs traditionnels.
>>Préserver et valoriser le chant folklorique de Phu Lê
>>Reconnaissance de 11 nouveaux patrimoines culturels immatériels

L’artiste Hoàng Xuân Luu (en "áo dài" noir) et des chanteurs de "sac bùa" du district de Ky Anh. Photo: Duong Quang/CVN

Chaque année, à l’occasion du Nouvel An lunaire, les villages de Ky Anh, un district de la province de Hà Tinh (Centre), résonnent des airs mélodieux et envoûtants du sac bùa. Interprété afin de souhaiter bonheur et prospérité pour la nouvelle année, ce chant folklorique joue un rôle important dans la vie spirituelle des habitants locaux.

L’octogénaire Hoàng Xuân Luu est un artiste talentueux. Depuis son enfance, il possède une voix spéciale convenant parfaitement au sac bùa. Ce chant populaire s’est transmis de générations en générations dans sa famille. M. Luu est considéré comme l’un des meilleurs chanteurs de sac bùa du district de Ky Anh. Ce chant est un élément central de sa vie.

Un chant solidement ancré dans la vie locale

À partir de 1980, M. Luu a commencé à rechercher et à créer des centaines d’airs sur divers sujets tels que l’édification de la Nouvelle ruralité, la vie des paysans… Il finance également de sa poche des costumes pour des troupes de sac bùa et donne des cours à des jeunes. Plusieurs de ses élèves sont même devenus des artistes professionnels.

Selon Hoàng Xuân Luu, une troupe sans danseur comprend de sept à neuf membres dont le chanteur principal, le joueur de tambour, le joueur de sanh tiên (clapets à pièces). Pour une troupe avec danseurs, il faut compter de 12 à 15 personnes. Le plus jeune membre a environ 14 - 15 ans et le plus vieux, 90 ans. Chaque hameau dispose d’une à deux troupes.

Elles s’entraînent chaque année 10 à 15 jours avant le Têt et jouent à partir de la nuit du Réveillon jusqu’au 15e jour du 1er mois lunaire. Vêtus de tenues traditionnelles, les artistes viennent chanter devant les  villageois pour leur souhaiter une bonne année.

Un spectacle de sac bùa comprend deux parties: le rituel et le divertissement. Chaque chanson est créée sous la forme de distique luc/bat (six/huit syllabes).

"Avec sa détermination et ses grandes contributions à l’art populaire de la localité, l’artiste Hoàng Xuân Luu est un exemple pour les jeunes générations", a déclaré le directeur du Centre culturel du district, Nguyên Van Manh.

 
Thu Hà Ngô/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

Prix bas pour rencontres riches Ces dernières années, le fait de passer ses nuits en dortoir est devenu une pratique de plus en plus répandue parmi les visiteurs à Dà Nang. Explications.