03/08/2019 09:09
En banlieue de Hanoï, dans le village de potiers de Bat Tràng, l’un des plus anciens villages d’artisanat du pays, se trouve un four appelé Lo Bâu. Plus de cent ans après sa construction, il reste toujours intact.
>>Une découverte culturelle à Bat Tràng
>>Quand tourisme rime avec artisanat
>>Bat Tràng, la poterie ancestrale se modernise

Le four Lo Bâu. 

Chaque jour, le site touristique du four Lo Bâu accueille des centaines de visiteurs, dont beaucoup d’enfants en sortie extrascolaire. Ils viennent ici pour faire des poteries, en apprendre davantage sur cet artisanat qui a fait la renommée de Bat Tràng, notamment grâce à ce fameux four qui a traversé les siècles.

Heureux et excités, ces jeunes n’en restent pas moins très disciplinés avec leurs enseignants. Bao Vy, une fillette de 5 ans du Jardin d’enfants international Fuji, a confié que c’était la première fois qu’elle moulait de l’argile et qu’elle avait reçu des cadeaux pour avoir bien répondu à un questionnaire.

Depuis de nombreuses années, le four Lo Bâu est le théâtre de multiples activités: peinture sur tasses, confection de poteries, explications sur les étapes de production, etc. "En haute saison, il peut accueillir près d’un millier d’écoliers qui viennent ici pour découvrir les secrets de la poterie traditionnelle", explique Nguyên Hông Hai, un conducteur de voiture électrique, qui transporte souvent les visiteurs vers Lo Bâu.

Ces nouvelles activités ont redonné une seconde vie au four. En effet, face au risque de disparition, les habitants se sont mobilisés pour le préserver. Grâce aux efforts de chacun, le four a toujours belle allure.

D’une superficie de plus de 1.000 m², il appartient à Lê Thi Ngân Hà. Comme Hà le partage avec joie, ce four a désormais une vocation pédagogique, celle de faire comprendre les méthodes de fabrication traditionnelle de poteries.

Le témoin d’une époque révolue

Une artisane dans son atelier.

Dans le village de Bat Tràng, qui a 700 ans d’histoire, ce vieux four fut largement utilisé jusqu’au XXe siècle. Cependant, son fonctionnement nécessitait beaucoup de bois et de personnel qualifié pour ajuster la température.

De plus, l’accès difficile à cause de l’entrée étroite et des marches hautes n’ont fait que décroître le nombre d’artisans utilisant ce four. Dans le passé, Bat Tràng comptait plus de 20 fours, aujourd’hui il ne reste plus que celui-ci.

Lo Bâu est en fait un réseau de fours reliés entre eux. Il y a généralement de 3 à 20 fours ou chambres de calcination. Chacun a une longueur d’environ 1,6 à 2,6 m, une largeur de 3,5 à 4,5 m et une hauteur de 1,5 à 1,7 m. La température peut atteindre 1.300°C. Le dôme est constitué de briques réfractaires.

Selon Trân Thi Minh, une potière, les artisans doivent préparer la matière première et la mouler. Après le séchage et le nettoyage, vient l’étape de la décoration et de la glaçure, qui fait la beauté des céramiques. Enfin, les produits sont placés dans un four durant 10-12 heures.

Ce four n’est plus utilisé par les villageois, mais il continue d’attirer les foules.

Avec l’arrêt du four de Lo Bâu, les murs noircis par les émanations de fumées ont disparu. Le village est devenu moderne, moins pollué grâce aux fours à gaz et fours électriques... Mais l’histoire centenaire de Lo Bâu résiste toujours à l’épreuve du temps, preuve du travail acharné et de l’ingéniosité des ancêtres.
 
Texte et photos: Hoàng Bao Ngoc/CVN
 
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

La fête des ethnies de la région du Nord-Ouest ouverte à Son La La 14e Fête culturelle des ethnies de la région du Nord-Ouest a débuté ce dimanche 18 août dans la ville de Son La, province éponyme (Nord-Ouest).