02/05/2019 22:33
Un séminaire tenu dans le cadre du Forum économique du secteur privé du Vietnam 2019, qui s’est ouvert jeudi 2 mai à Hanoï, s’est focalisé sur la création et le développement durable de chaînes de valeur agricoles, sylvicoles et aquatiques pour l’intégration internationale.
>>Plus de 2,7 milliards de dollars d’APD pompés dans l’hydraulique
>>Résoudre les problèmes de sécurité alimentaire en associant secteur public et privé

Séminaire tenu le 2 mai à Hanoï dans le cadre du Forum économique du secteur privé du Vietnam 2019. Photo: VNA/CVN

Le séminaire tenu dans le cadre du Forum économique du secteur privé du Vietnam 2019, co-organisé par le gouvernement et la Commission économique centrale du Parti, a rassemblé près de 300 délégués vietnamiens et étrangers.

Il s’est déroulé dans le contexte où l’agriculture reste la principale source d’approvisionnement en vivres, même quand la contribution du secteur au PIB est passée de près de 40% dans les années 1990 à moins de 15% à la fin 2018.

Selon le chef adjoint de la Commission, Cao Duc Phat, le forum a pour objectif de définir des mesures pour renforcer la connectivité afin de développer des chaînes de valeur pour des produits agricoles phares du Vietnam et de promouvoir les investissements dans l’agriculture et les zones rurales à l’heure de l’intégration internationale.

Il a noté que parmi les 500.000 entreprises en activité, seules 6.000 travaillent dans l’agriculture. Le Vietnam compte 10 millions de foyers d’agriculteurs avec une production de petite et micro échelles comparé à d’autres pays.

Le responsable a souligné la nécessité de renforcer le rôle de la production des foyers et des entreprises, en particulier des entreprises privées.

Les participants au forum ont formulé diverses propositions visant à améliorer les liens entre les parties prenantes de la production agricole, notamment la création de grandes entreprises pour motiver la production et la création de bases de données sur les produits agricoles, sylvicoles et aquatiques.

Selon Lê Duc Thinh, chef du Département des coopératives et du développement rural du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, seulement 11 à 14% des produits agricoles ont été commercialisés par le biais de connexions des parties et seulement 3 à 5% par le biais de chaînes de connexion avec de bonnes pratiques agricoles telles que VietGap et GlobalGap. Il a souligné la nécessité de former les agriculteurs aux normes de production et de sensibiliser le public à l’amélioration de la qualité des produits agricoles.

Le vice-président de l’Alliance des coopératives du Vietnam, Nguyên Van Thinh, a déclaré qu’il était crucial d’amender la Loi sur les coopératives de 2012 et la Loi foncière afin de traiter les problèmes d’accumulation de terres pour le développement de la production, tout en construisant des modèles de coopératives associées aux produits clés de chaque localité. Les coopératives elles-mêmes devraient se renouveller et améliorer leur capacité de satisfaire aux exigences d’intégration et de liaison.

Nguyên Ngoc Dân, président de la Compagnie de surveillance en ligne intelligente United, a proposé la formation des travailleurs agricoles en ouvrant des cours pour permettre aux agriculteurs de maîtriser la culture de plantes particulières avec le soutien de l’administration locale. Il est nécessaire de définir des exigences spécifiques pour les chaînes de connexion avec des mécanismes détaillés et des avantages pour chaque membre, a-t-il souligné.

Lê Xuân Trung, directeur général adjoint de la Banque de l’agriculture et du développement rural, a souligné la nécessité de renforcer le rôle des comités populaires provinciaux dans le développement des chaînes, tout en surveillant et en aidant les habitants locaux à s’y joindre et en fournissant une assurance-risques et prix aux membres des chaînes pour réduire leurs pertes.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Des évolutions sur la carte des voyages en Asie Beaucoup de touristes sud-coréens et chinois abandonnent de plus en plus leurs destinations préférées d'auparavant telles que le Japon et Hong Kong (Chine) pour se tourner vers les pays d'Asie du Sud-Est.