30/05/2015 13:47
Les technologies spatiales jouent un rôle de plus en plus important pour le développement socio-économique, la sécurité et la défense. En coopération avec d’autres pays, le Vietnam a mis en œuvre des stratégies et des projets en la matière.

Lors de la conférence franco-vietnamienne sur les technologies spatiales et ses applications, tenue le 12 mai, à Hanoi. Photo : Hai Vu/CVN

C’est en 1976 que le Vietnam a commencé à étudier les applications des technologies spatiales au service de son développement socio-économique, en créant un Comité national pour la recherche spatiale. En 1980, à bord de Soyouz 37, Nguyên Tuân, premier cosmonaute asiatique, a effectué des expériences dans l’espace avec son collègue russe Viktor
V. Gorbatko.

En 2006, le Vietnam a approuvé la Stratégie de développement des sciences et technologies d’ici 2020. En 2010, le Comité spatial du Vietnam a été fondé, avec comme mission de développer les technologies spatiales et leurs applications.

«Ces dernières années, en coopération avec les pays avancés dans ce domaine, plus de 60 projets ont été déployés dans les technologies des petits satellites, les applications de télédétection et de système d’information géographique pour la surveillance de l’environnement, les prévisions météorologiques, les logiciels de traitement des images satellites, les technologies de localisation par satellite, l’étude des matériaux dans l’espace, la médecine spatiale, le système de surveillance des bateaux de pêche, etc.», a informé le vice-ministre des Sciences et Technologies, Trân Van Tùng, lors d’une conférence franco-vietnamienne sur les technologies spatiales et leurs applications, tenue le 12 mai, à Hanoi.

Dans le domaine de l’information et de la communication, depuis 1980, les secteurs comme la poste et les communications, la radio, la télévision, les services de géolocalisation ont bien exploités les stations terrestres comme Lotus, Vista ou VSAT. Notamment, les satellites Vinasat-1 et Vinasat-2 sont gérés et exploités efficacement par le Groupe de la Poste et des Télécommunications du Vietnam (VNPT). Ces satellites de télécommunications ont été construits par l’industriel américain Lockheed Martin Commercial Space Systems, sur commande du Vietnam.

Vinasat-1 et Vinasat-2  peuvent couvrir l’ensemble du territoire national, la Mer Orientale, l’Asie du Sud-Est et quelques autres pays. Leur mise en service a contribué à perfectionner les prévisions météorologiques, les infrastructures d’information et de communication, à élever la qualité des services de télécommunications, des technologies de radiodiffusion, notamment au bénéfice des régions reculées, frontalières, insulaires et à assurer la sécurité et la défense.

La Terre vue du ciel

Le programme VNREDSat-1 est le fruit d’un accord entre les gouvernements français et vietnamien, pour créer une structure permettant au Vietnam de mieux surveiller les effets du changement climatique, prévoir les catastrophes naturelles et prendre les mesures nécessaires pour limiter leur impact. Mais aussi pour optimiser la gestion de ses ressources naturelles. Placé en orbite à 665 km d'altitude, le satellite de télédétection VNREDSat-1, lancé en mai 2013 depuis Kourou en Guyane française, peut fournir des images d'une résolution allant de 2,5 à 10 mètres. Après deux ans de la mise en service, il a pris 34.000 images. 

Image du pont Thanh Tri (Hanoi), produite par le satellite de télédétection VNREDSat-1 en 2013. Photo : VNA/CVN

«Depuis les années 1970, la télédétection a commencé à être appliquée au Vietnam dans la sylviculture, la géologie puis l’agriculture, la surveillance de l’environnement, de catastrophes naturelles, la planification foncière, la recherche scientifique etc.», a expliqué le Docteur Mai Hà, responsable du Comité spatial du Vietnam et adjoint du ministre des Sciences et Technologies.
Le Centre national de télédétection du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement utilise la technologie de télédétection en vue d’améliorer la qualité des études sur les ressources naturelles, réduire les dégâts des catastrophes naturelles, surveiller les marées noires, la mer, les îles, établir des cartes géologiques, créer un système d’information géologique afin de mieux gérer les ressources naturelles dans les provinces de Long An, Lâm Dông et Binh Duong.

Donner l’alerte en cas de typhone

Movimar, d’une durée de trois ans (2012-2014), est un projet de coopération franco-vietnamien important qui vise à contrôler les activités des bateaux de pêche, soutenir la recherche et le sauvetage en mer, les prévisions météorologiques marine, donner l’alerte en cas de typhon, de dépression tropicale, fournir des informations sur les zones de pêche, assurer la sécurité et la défense.  Il a été réalisé par le ministère vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural avec l’assistance de la société française CLS (Collecte Localisation Satellites).

Ce projet, de près 14 millions d’euros, comprend la construction de trois centres de surveillance de la pêche à Hanoi, Hai Phong (Nord) et Vung Tàu (Sud), l’installation d’équipements d’observation par satellite pour 3.000 bateaux de pêche de 28 provinces et villes côtières et d’un centre de maintenance. Actuellement, le système de positionnement global (GPS) est appliqué dans plusieurs domaines comme la géodésie, le contrôle et la gestion du trafic etc. Au Vietnam, depuis les années 1990, les localités utilisent le positionnement par satellite pour établir le système national de coordonnées au service de l’arpentage maritime, topographique, de la démarcation des frontières Vietnam-Chine et Vietnam-Laos.

Actuellement, le Vietnam renforce sa coopération avec des pays comme la France, la Belgique, le Japon, les États-Unis, la Russie, l’Italie ou l’Inde. Pour améliorer les technologies spatiales, les infrastructures d’information et de communication au service du traitement des images satellites, de l’observation de la Terre, de la surveillance de l’environnement. Les projets VNREDSat-2 et de construction du Centre spatial national seront achevés dans un avenir proche.              
Hai Vu/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Son Doong, Un groupe de touristes russes vient de visiter l'une des plus belles merveilles naturelles du monde – la grotte Son Doong au Vietnam. Et il ne cesse de louer la beauté exotique et majestueuse de cette grotte, cité par Russia Today.