18/03/2020 18:58
À l’ère de la mondialisation, la qualification des ressources humaines est un atout concurrentiel majeur. Conscient de la nécessité d’adapter le niveau de compétence des salariés vietnamiens à celui des étrangers, le gouvernement a retenu le développement humain comme l’une des priorités de sa stratégie nationale 2011-2020.
>>Coronavirus : les recrutements en ligne ont le vent en poupe
>>Les ressources humaines, clés du développement touristique durable

Lors d'un forum du travail à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : Thanh Viêt/VNA/CVN

Une population jeune et abondante

Troisième marché du travail le plus jeune et le plus abondant de l’ASEAN, le Vietnam compte  96 millions d’habitants dont 76% d’actifs.

Truong Anh Dung, chef adjoint du Département général de la formation professionnelle, a précisé : "La fenêtre démographique est une opportunité pour le Vietnam. 55 millions de travailleurs vietnamiens sont jeunes. C’est un énorme avantage car cette  population se forme très rapidement".

Le monde professionnel est un monde mouvant qui nécessite sans cesse une adaptation de la part des entreprises. La formation des ressources humaines aux nouvelles technologies et aux dernières normes est l’un des moyens de gagner en performance et de conquérir des parts de marché. Face à ce constat, le gouvernement  a investi massivement dans la formation professionnelle afin d’améliorer les qualifications et la compétitivité de la main-d’œuvre vietnamienne.

Les actions menées dans cet objectif ont été positives, et le Vietnam a gagné treize places dans le classement sur l’indice formation professionnelle, selon le Rapport sur la compétitivité mondiale de 2019.

Quelles politiques de développement ?

Le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales a ouvert de nouvelles écoles professionnelles qui proposent des formations ciblées en fonction des besoins des entreprises. Les techniques d’enseignement ont été révisées pour offrir un apprentissage vivant et comparable à celui dispensé dans les pays industrialisés.

Lê Dang Doanh, un économiste, a affirmé : "Nous travaillons en étroite  collaboration avec des entreprises étrangères  équipées des dernières technologies. Elles nous aident à élaborer des programmes adaptés au plus près des besoins des entreprises".

Bui Sy Loi, un responsable de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, a confirmé : "Il faut  dispenser des formations de qualité aux jeunes mais également et surtout aux salariés, notamment ceux qui travaillent dans le textile, le cuir et les chaussures, afin d’actualiser les méthodes et techniques de production. Le gouvernement et le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales veillent en ce moment à ce que le travail d’orientation des élèves soit mené avec réflexion.  En fonction des résultats de l’élève, il lui est conseillé de poursuivre ses études ou d’apprendre un métier".

En plus d’encourager les entreprises à participer à la formation de leur personnel et de réorganiser le secteur  de la formation, le gouvernement entend également demander le renfort d’experts et d’enseignants étrangers pour former les étudiants vietnamiens et inviter les organismes de formation professionnelle d’envergure internationale à exercer sur le territoire vietnamien.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Mót Hôi An : quand jus de citron rime avec tourisme local Si le jus de citron est une boisson bien ordinaire, le restaurant Mót à Hôi An en a créé sa propre recette pour devenir une des adresses les plus fréquentées de cette vieille ville de la province de Quang Nam (Centre).