27/06/2019 11:47
Il y a deux ans, le gouvernement adoptait une résolution sur le développement durable du delta du Mékong, une région particulièrement exposée aux aléas du changement climatique. Aujourd’hui, l’heure est aux premiers constats.
>>S'orienter vers l'adaptation au changement climatique
>>Réunion plénière du Comité national du Mékong du Vietnam

Une rizière totalement ravagée par la sécheresse dans la province de Soc Trang dans le delta du Mékong. Photo : Manh Linh/VNA/CVN

Les dérèglements climatiques qu’il subit de plein fouet n’auront pas empêché le delta du Mékong d’enregistrer une croissance de 7,8% en 2018, soit son plus haut niveau depuis quatre ans. La valeur de ses exportations a même atteint pour la première fois 15,7 milliards de dollars… C’est sans nul doute grâce à la résolution 120 sur l’adaptation du delta du Mékong au changement climatique que la casse a pu être évitée et que la région se maintient la tête hors de l’eau, au sens propre comme au sens figuré. 

Les agriculteurs du delta du Mékong ont du opérer une véritable reconversion. Riziculteurs à la base, ils sont désormais fruticulteurs, aquaculteurs et même éleveurs: la salinisation de leurs terres les y a obligés.  Mais dans bien des cas, force est de constater que c’est un mal pour un bien. À Tân Phu Dông, qui est un district de la province de Tiên Giang, le riz a ainsi cédé la place à la citronelle, au corossolier et au canard marin. Résultat: des profits triplés, voire quadruplés…   

Élevage 

Autre exemple, autre localité: à Go Công Dông, un autre district de Tiên Giang, Trân Van Hông s’est reconverti dans l’élevage des chèvres. Bien lui en a pris car aujourd’hui, ses 200 bêtes lui rapportent de 300 à 400 millions de dôngs par an.    

"J’ai du m’y reprendre à plusieurs fois, avant de réussir, nous raconte-t-il. Je suis allé demander à d’autres éleveurs comment ils faisaient. J’ai lu aussi beaucoup de livres pour me renseigner sur les techniques d’élevage, sur la prévention des épidémies, sur l’hybridation de nouvelles espèces... Les chèvres, c’est facile, durable et rentable!... Chaque année, j’ai 100 ou 200 bêtes de plus… "

Bên Tre, qui possède trois districts littoraux, est l’une des provinces du delta du Mékong les plus touchées par l’élévation du niveau de la mer et la salinisation des sols. Plutôt que d’en subir les conséquences, les autorités locales ont décidé d’en profiter. En l’espace de deux années, elles ont réduit la superficie des rizières et des champs de sel de 10.000 ha pour d’autres activités agricoles plus rentables. Les élevages de crevettes sont ainsi en plein essor: on en est à 36.000 ha, actuellement. Même constat pour la fruticulture et l’élevage bovin: ça va crescendo. Bên Tre est aujourd’hui un important centre d’élevage bovin du delta du Mékong, avec un cheptel de près de 200.000 bêtes. Huynh Van Det fait partie de ceux qui ont su en tirer un bon parti.    

"Les conditions naturelles, ici, sont favorables à l’élevage bovin: des terres en abondance, des prairies… L’élevage bovin n’est pas forcément ce qu’il y a de plus rentable, sur la durée, mais il y a peu de risques d’épidémies, ce qui représente quand même un avantage certain", dit-il.  

À l’extrême Sud du delta, dans la province de Cà Mau, les agriculteurs ont choisi d’alterner élevage de crevettes et riziculture pour résister à la salinisation des sols qui s’aggrave de plus en plus. Dans la commune de Tân Bang, autrefois spécialisée dans la production de canne à sucre, les rotations entre élevage de crevettes et riziculture sont désormais monnaie courante: près des neuf dixièmes des terres arables. Ce procédé rapporte aux locaux plus de 100 millions de dôngs par hectare chaque année, nous assure Lê Hoàng Phuong, le président du comité populaire communal.

"Cette combinaison culture-élevage a montré son efficacité et sa durabilité. Les bénéfices sont élévés et la sécurité alimentaire est garantie. Et il y a un vrai phénomène de vases communiquants : si le riz est abondant, les crevettes le sont également…", constate-t-il.   

Nécessité faisant loi, de nombreux modèles de production ont été mis en place dans le delta du Mékong, qui est devenu ces dernières années un véritable terrain d’expérimentations tous azimuts.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Ninh Binh accueillera l’Année nationale du tourisme 2020 "Hoa Lu - ancienne capitale du millénaire" sera le thème de l’Année nationale du tourisme 2020 qui sera organisée dans la province de Ninh Binh, au Nord. L’information a été rendue publique lors de la première réunion du Comité national de pilotage de l’Année nationale du tourisme 2020 - Ninh Binh, tenu à Hanoï mercredi 21 août.