12/04/2015 09:28
Grenier à riz du Vietnam, le delta du Mékong doit améliorer son réseau d’ouvrages hydrauliques pour contrer la salinisation et les vives-eaux provoquées par les changements climatiques. Décryptage.

>>Nouveaux modèles agricoles dans le delta du Mékong
>>Renforcement du rôle du crédit pour les produits agricoles d’exportation du delta du Mékong
>>Le delta du Mékong dénombre 985 projets d’IDE

Construction de digues pour lutter contre l’éboulement dans le district d’U Minh, province de Cà Mau. Photo : Thê Anh/VNA/CVN.

Depuis quelques années, la mer gagne sans cesse du terrain dans les provinces du delta du Mékong. S’ensuit une salinisation des sols et de fréquentes inondations, provoquant de lourds dégâts pour l’agriculture. Pour contrer ces phénomènes, le réseau d’ouvrages hydrauliques doit être amélioré. C’est notamment le cas dans les districts de Cù Lao Dung et Kê Sach, dans la province de Soc Trang, qui ont un grand potentiel pour le développement des arbres fruitiers et de l’aquaculture.

Fin 2014, les vives-eaux, plus marquées qu’auparavant, ont détruit 76 tronçons de digues de 300 m de long dans le district de Cù Lao Dung. Près de 900 ha de plantations de cannes à sucre, de légumes, de surfaces dédiées à l’aquaculture et 140 maisons ont été submergées. Des dégâts estimés à 1,5 milliard de dôngs.

Selon Hô Thanh Kiêt, chef du Bureau de l’agriculture et du développement rural du district, le nombre de digues du district est encore insuffisant. Seuls 110 km ont été construits, alors qu’il en faudrait 1.000 km pour pouvoir lutter contre l’envahissement de l’eau salée. Mais le district n’en a pas les moyens.

À Cù Lao Dung, on a donc décidé de transformer les terrains où est cultivée la canne à sucre en bassins crevetticoles. En 2014, cela a été le cas pour 417 ha.
Pourtant, la crevetticulture n’est pas non plus aisée en raison de l’instabilité du taux de salinité et du mauvais réseau d’ouvrages hydrauliques. «D’ici 2020, pour pouvoir transformer 2.000 ha de culture de cannes à sucre en bassins crevetticoles, le district devra trouver 50 milliards de dôngs à investir pour améliorer le réseau hydraulique», informe M. Kiêt.

Former les responsables d’ouvrages hydrauliques

Depuis 2005, le gouvernement a mis l’accent sur la gestion et l’exploitation du réseau d’ouvrages hydrauliques dans les provinces du delta du Mékong. Trois Conseils de gestion interprovinciaux ont été créés : Plaine des joncs, quadrilatère de Long Xuyên et Quan Lô-Phung Hiêp. Pourtant, d’après des experts, le travail de ces conseils n’est pas encore à la hauteur des attentes.

Lors d’une récente conférence sur la coopération interprovinciale pour la restructuration économique, un représentant de la province de Soc Trang a relevé les faiblesses dans la gestion et le fonctionnement de certains ouvrages hydrauliques, tout comme l’exploitation inefficace des ressources en eau. Sur près d’un millier de responsables d’ouvrages hydrauliques, seuls 34% sont formés. Or, avec les changements climatiques actuels, la gestion efficace des ouvrages hydrauliques est importante.

Le Département de l’hydraulique vient donc de mettre en œuvre un projet de restructuration de ce secteur dans le delta du Mékong. Lequel insistera sur le développement et l’exploitation efficace des ouvrages hydrauliques liés à l’édification de la Nouvelle ruralité, et sur la consolidation des organes de gestion.

Construction de nouveaux ouvrages hydrauliques

«La restructuration du secteur de l’hydraulique va permettre aux provinces du delta du Mékong d’améliorer leurs capacités dans la prévention et la lutte contre les catastrophes naturelles, les impacts des changements climatiques, ainsi que de moderniser leurs techniques agricoles»,  affirme Hoàng Van Thang, vice-ministre de l’Agriculture et du Développement rural.      

Et de poursuivre : «Le secteur de l’hydraulique doit revoir son organisation, mais aussi renforcer la coopération entre le secteur public et privé dans la gestion et l’exploitation des ouvrages hydrauliques. La priorité doit également être mise sur la recherche scientifique, notamment en ce qui concerne les impacts des changements climatiques».

Plantation de mangroves dans le chef lieu de Vinh Châu, province de Soc Trang. Photo : Trung Hiêu/VNA/CVN

À noter qu’actuellement, le delta du Mékong dispose de 1.143  réseaux d’égouts et de plus de 90.000 km de canaux. L’Institut de planification des ressources en eau du Sud (SIWARP) vient de lancer les travaux pour trois ouvrages hydrauliques à Cân Tho, Vinh Long et Cà Mau, localités du delta du Mékong les plus touchées par les changements climatiques.

D’ici 2016, 24 réseaux d’égouts seront construits à Cân Tho, sur les rivières Trà Noc et Binh Thuy, mais aussi six stations de pompage et un nouveau réseau de digues maritimes et fluvials. Des ouvrages auxquels s’ajouteront le curetage de 109 km d’égouts et la rénovation de 133,5 km de digues.

Dans la province de Vinh Long, d’ici 2020, 19 réseaux d’égouts, huit stations de pompage et 73,6 km de digues seront reconstruits. À Cà Mau, 119,7 km de digues fluviales, des réseaux de canalisation et de digues seront également rénovés.

La construction de ces ouvrages s’inscrit dans le cadre du plan d’aménagement des ouvrages hydrauliques d’ici à 2050. Il a pour but d’aider le secteur agricole à s’adapter à la nouvelle conjoncture économique, aux changements climatiques et à la montée du niveau des océans. Le tout afin de contribuer au développement socio-économique, à la protection de l’environnement et au développement durable.

Quelque 171.000 milliards de dôngs seront nécessaires pour construire des réseaux d’égouts dans les régions littorales, consolider le système d’irrigation des rizières (125.310 milliards de dôngs), renforcer des digues fluviales (11.660 milliards de dôngs), édifier des digues maritimes (6.370 milliards de dôngs) et construire des ouvrages de protection contre les crues (4.760 milliards de dôngs).

L’argent proviendra du budget public (État, villes et provinces concernées), d’obligations gouvernementales, d’aides publiques au développement, du Fonds d’assistance à la résilience aux changements climatiques, ainsi que des contributions des habitants des régions bénéficiaires.
Huong Linh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Excursion dans le village des marionnettes sur l’eau de Dào Thuc

Une année de succès pour Saigontourist 2018 a été une année pleine de réussite pour le voyagiste Saigontourist, avant tout grâce à ses nombreux programmes dont les résultats ont été au-delà des espérances.