29/05/2020 11:40
Limite des 100 km supprimée, réouverture des lycées, des cafés-restaurants et des parcs : le gouvernement a donné jeudi son feu vert à la levée de nombreuses restrictions pour la phase II du déconfinement, mais avec une plus grande prudence en Île-de-France, à Mayotte et en Guyane.
>>Le logement attend les premiers chiffres sur l’ampleur de la crise
>>Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde
>>Feu vert de l’Assemblée à StopCovid, attente de l’acte II du déconfinement

Le Premier ministre Edouard Philippe détaille la deuxième étape du déconfinement, le 28 mai à Paris. Photo : AFP/VNA/CVN

"Le déconfinement va nous permettre de vivre une vie presque normale" et "de souffler après l’épreuve" du coronavirus, a annoncé Edouard Philippe en présentant à Matignon le plan qui entrera en vigueur le 2 juin dans la grande majorité des départements. Cet assouplissement marqué a été rendu possible par les "bons résultats" sur le front de l’épidémie qui recule jour après jour après avoir déjà provoqué la mort de 28.662 personnes jeudi en France, dont 66 de plus dans les hôpitaux en 24 heures.

Tout en saluant "la rigueur et le civisme" des Français dans le respect des restrictions, le Premier ministre les a appelés à ne "pas courir le risque de la désinvolture". "Nous devons rester prudents et vigilants", a-t-il insisté, en exhortant à la "responsabilité" de tous. Grâce à ces progrès, plus aucun département n’est en zone rouge, mais ceux de l’Île-de-France, la Guyane et Mayotte sont en orange. Le déconfinement y sera donc "un peu plus prudent que dans le reste du territoire" parce que "le virus y circule un peu plus qu’ailleurs", a précisé Edouard Philippe. "C’est un immense soulagement que l’Île-de-France sorte de la zone rouge", a réagi Valérie Pécresse (Libre!, ex-LR), la présidente de la région.

"Enfin !"

À l’approche de la période estivale, le gouvernement a levé à partir de mardi l’interdiction de se déplacer à plus de 100 km de son domicile, qui n’a "plus de justification". Également très attendue, la réouverture des cafés, bars et restaurants sera possible dans les départements "verts" à compter du 2 juin. Mais "seules les terrasses" de ces établissements rouvriront dans les "zones oranges".

La relance de ce secteur, qui est "une partie de notre art de vivre", est "capitale pour notre conomie et pour l’emploi", a souligné Edouard Philippe. Au lendemain du week-end de la Pentecôte, les Français retrouveront également le plaisir d’aller sur l’ensemble des plages, dans les musées et monuments mais aussi dans les parcs et jardins, notamment à Paris où leur réouverture était réclamée avec force. "Enfin ! Le bon sens a fini par l’emporter", s’est félicité la maire Anne Hidalgo (PS).

Évolution mensuelle du nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A, chiffres détaillés pour avril, en France. Photo : AFP/VNA/CVN

L’accès sera en outre de nouveau possible dans les piscines, salles de sports et gymnases dès mardi en zone verte, mais il faudra attendre le 22 juin dans les zones oranges. Signe de prudence, les rassemblements resteront toutefois "limités à 10 personnes" dans l’espace public. Les événements culturels et sportifs resteront donc suspendus", et les discothèques, cinémas, salles de jeux, stades, hippodromes resteront ainsi fermés au public jusqu’au 22 juin au moins. En zones vertes cependant, les salles de spectacle et les théâtres pourront rouvrir le 2 juin, avec port du masque obligatoire.

"Malheureusement historique"

Une autre priorité du gouvernement est de permettre à un maximum d’élèves de retrouver leur salle de classe. Ainsi, toutes les écoles et collèges de France métropolitaine rouvriront en juin, ainsi que les lycées des départements classés verts, avec le maintien d’un strict protocole sanitaire.

Mais le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a annoncé qu’il n’y aurait pas cette année d’épreuve orale de bac de français pour les lycéens de Première. "J’ai entendu les inquiétudes face à une situation exceptionnelle qui entraînait une inégale préparation" de cette épreuve; elle sera donc "validée par le contrôle continu", a-t-il expliqué.

L’urgence pour l’exécutif est aussi de relancer la machine économique alors que le chômage a bondi de 22% en avril avec 843.000 demandeurs d’emploi supplémentaires, a annoncé jeudi 28 mai Pôle emploi. "C’est malheureusement historique", a déploré Edouard Philippe. En prévenant que la France allait "devoir se battre contre l’impact d’une récession historique".

Des bateaux amarrés Port Saint-Sauveur, à Toulouse, le 28 mai.
Photo : AFP/VNA/CVN

Une autre mauvaise nouvelle est tombée en soirée, avec l’annonce de Renault qui prévoit de supprimer environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France, dans le cadre d’un plan d’économies de 2 milliards d’euros sur trois ans. Le projet, qui doit être rendu public vendredi matin 29 mai, a été présenté jeudi soir 28 mai aux organisations syndicales, lors d’un comité central social et économique (CCSE) du groupe. Il s’agirait d’une réduction des effectifs "sans licenciement sec", via des départs volontaires, des départs à la retraite non remplacés et des mesures de mobilité interne ou de reconversion, ont indiqué des sources concordantes.

Environ 84% des Français se disent inquiets de la récession qui devrait largement dépasser les -8% envisagés par le gouvernement cette année. Sur le seul deuxième trimestre, la chute du PIB pourrait atteindre "environ 20%", avait estimé mercredi l’Insee. Fermé depuis le 31 mars, l’aéroport de Paris-Orly reprendra ses vols commerciaux de passagers le 26 juin, a annoncé son gestionnaire, le groupe ADP.

StopCovid "conseillée"

Vers où voleront ces avions ? Probablement vers les autres pays européens puisque Paris est "favorable" à la réouverture des frontières intérieures de l’UE à compter du 15 juin, selon Edouard Philippe qui promet la réciprocité" si certains pays imposent des quatorzaines aux Français. Pour les frontières extérieures, "la décision sera prise collectivement avec l’ensemble des pays européens, à l’horizon du 15 juin", selon le Premier ministre.

Vers les Outre-mer, des mesures de contrôles "très strictes des déplacements" sont maintenues avec une "quatorzaine" à l’arrivée. Edouard Philippe a "invité" tous les Français à utiliser l’application controversée pour smartphones StopCovid car le gouvernement a "pris toutes les garanties", sur le respect de la vie privée et des libertés. Symboliquement, les mots "déconfinement" et "COVID" font leur entrée dans le dictionnaire, ont annoncé jeudi 28 mai les rédacteurs du Petit Robert.

AFP/VNA/CVN




 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Thanh Hoa, une destination post-COVID sûre Après la distanciation sociale en raison de la pandémie de COVID-19, la province de Thanh Hoa a rouvert ses sites touristiques.