09/09/2018 10:10
Passionné de cyclisme, d’aventure et de voyage, l’ancien membre de la sélection nationale des moins de 23 ans de France, Loïc Desriac, a choisi le Vietnam pour faire vivre son amour de la Petite Reine.
>>Le recrutement des coureurs étrangers s’accélère
>>Course cycliste : la 29e Coupe HTV 2017 commence à Hô Chi Minh-Ville
>>Treize équipes cyclistes à la 29e Coupe HTV 2017
>>Circuit Franco-Belge - 2e étape: Kittel s'impose, Roelandts leader

Le Français Loïc Desriac à la ligne de départ lors de la Coupe de la Télévision de Hô Chi Minh-Ville 2018.
Photo: TN/CVN

Le Français Loïc Desriac, 29 ans, est bien connu sur les parcours asiatiques. Dans sa carrière professionnelle, il a couru au sein des clubs français Roubaix Lille Métropole, japonais Kinan et singapourien Singha Infinite, pour n’en citer que quelques-uns. Il a aussi été convoqué dans la sélection nationale des moins de 23 ans de France pour participer à des compétitions internationales.

Course cycliste "à la vietnamienne"

"J’ai su faire une course cycliste à la vietnamienne!", s’est-il exclamé après sa victoire lors de la Coupe de la télévision de Hô Chi Minh-Ville 2018 disputée en avril dernier. Il s’agissait de son plus grand titre sous le maillot du club Bike Life Dông Nai, dont il fait partie depuis six ans.

Comme beaucoup d’enfants français, Loïc Desriac a commencé à faire du vélo très tôt, à l’âge de 5 ans, pour se balader et aller à l’école. Dans l’Hexagone - berceau du Tour de France, la course professionnelle la plus prestigieuse au monde - beaucoup de gens ont l’habitude de pratiquer le vélo au quotidien. Loïc Desriac fut d’abord cycliste amateur. Et, grâce à ses victoires, il est parvenu à intégrer le peloton professionnel.

En 2012, les adeptes du cyclisme vietnamien désiraient voir un coureur cycliste professionnel comme Loïc Desriac enfiler le maillot du club ADC THVL à l’occasion du “Tour of Vietnam”, une course internationale ouverte aux équipes étrangères. Cependant, il n’est pas parvenu à franchir la ligne d’arrivée en vainqueur parce qu’il ne savait pas encore faire du vélo “à la vietnamienne” et aussi du fait qu’il ne pouvait pas communiquer en vietnamien avec ses coéquipiers.

"C’était la première fois que je participais à une course au Vietnam. J’étais donc assez dépaysé. En compétition, les coureurs vietnamiens ne sont pas comme les autres, ils utilisent parfois de dangereuses manières pour bloquer leurs adversaires", a expliqué Loïc Desriac. Et de continuer: "J’ai tiré de précieux enseignements de mes échecs. Cela m’a permis de comprendre et de m’adapter aux courses locales".

Loïc Desriac (en jaune) lors de la course cycliste VTV 2017.
Photo: Quang Liêm/CVN

Sur le circuit, le Français a également connu plusieurs moments d’infortune. À la course VTV 2017, s’il y avait un coureur qui nourrissait bien des regrets, c’était Loïc Desriac, victime d’une rupture de chaîne alors qu’il se voyait déjà franchir la ligne d’arrivée en vainqueur. Cependant, il ne s’est pas découragé. Maintenant, il cout avec la mentalité d’un cycliste vietnamien.

"Je suis très heureux d’avoir remporté mon premier titre au Vietnam. Mais ce succès est le fruit des efforts de toute une équipe. Le club Bike Life Dông Nai compte beaucoup de coureurs prometteurs. Je lui souhaite les plus grands succès pour les prochaines compétitions", a-t-il confié.

Un "beau-fils" de la terre Viêt

En 2012, Loïc Desriac est devenu un "beau-fils" de la terre Viêt, après s’être marié avec une jeune Vietnamienne étudiant en France. Le couple a décidé de déménager au Vietnam en 2016. "À l’occasion de mes 18 ans, ma famille m’a offert en cadeau un voyage au Vietnam. Depuis, je m’y suis rendu à plusieurs reprises. J’ai visité Hanoï, Ha Long, Huê, Dà Nang, Hôi An, etc. À mes yeux, le Vietnam a une longue histoire, de riches traditions et beaucoup de choses intéressantes à découvrir", a-t-il partagé.

Aujourd’hui, Loïc Desriac semble avoir trouvé un vrai équilibre dans le "pays en forme de S". Il peut conduire une moto et raffole de la gastronomie vietnamienne. "Je me sens vraiment bien au Vietnam. Ici, je peux faire des courses cyclistes et en même temps jouir pleinement de ma passion du voyage", a-t-il expliqué. Cet aventurier dans l’âme n’hésite pas à partir seul à l’assaut des routes vietnamiennes.
 
Phuong Nga - Tân Phuc/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang