09/10/2018 16:51
Depuis des temps immémoriaux, les Vietnamiens vouent un culte aux Dieux de la nature, tels que Dieu de la pluie, Dieu du vent, Dieu du feu, Dieu du tonnerre… Cette religion autochtone, enrichie par le chamanisme des tribus nomades du Nord et l'animisme de la sphère culturelle de l'Asie de l'Est, a donné naissance au Hâu dông (littéralement "Servir les âmes"), un rituel important du Tho Mâu (Culte de la mère) et du culte de Duc Thanh Trân.
>>Le Festival de châu van se termine sur de bonnes notes à Huê
>>Valeur du culte des Déesses-Mères dans la vie des Vietnamiens

Les déités du Tho Mâu.
Photo: pinterest.com/CVN
Selon d'anciens documents chinois, les divinités possèdent le corps de personnes dotées de sagesse et d’un charisme, et à travers lesquelles elles communiquaient avec les vivants. Une telle personne, intermédiaire entre le monde des vivants et celui des esprits, est appelée "Ông dông" ou "Bà côt", ce qu’on pourrait traduire en français par "médium".

Au Vietnam, le culte Dao Mâu n'a prospéré qu'à partir du XVIe siècle (dynastie Hâu Lê), avec la légende de la Déesse-mère Liêu Hanh, troisième fille de l'empereur taoïste et également seule déesse des Quatre immortels. La dynastie Nguyên l'a honorée sous le  nom de "Mère du monde - Mère de toutes les nations". Le Dao Mâu possède un ensemble de déités dirigées par le Bodhisattva Guan Yin, ou déesse de la compassion, qui symbolise les trois joyaux (Bouddha, Dharma, Sangha).

Parmi les divinités du panthéon vietnamien, les  "Trois Saintes Mères" sont les plus connues et aussi les plus populaires: "Déesse-mère du Ciel" (Princesse Liêu Hânh) qui gouverne le ciel, "Déesse-mère des Montagnes et Forêts" qui régit 81 portes et les zones montagneuses, "Déesse-mère de l'Eau", qui gouverne l'eau, la pluie, du vent et les poissons. Elle s'habille toujours de vêtements blancs, symboles de pureté:

"Tu vas casser les perles?
Tu vas secouer les fleurs et hacher les saules,
Juste à cause des Trois Obédiences?
Le dire à quelqu'un, ça aide?
Les cieux et la terre vont défendre ma pureté
"
 
(Hymne à la Troisième Dame)

Mâu Thoai, Déesse-mère de l’Eau. Photo: pinterest.com/CVN
Un rituel complet de Hâu dông se compose de 36 incarnations (gia), faites par un médium, accompagné de deux à quatre assistants, qui l’aident à préparer ses costumes, ses bijoux et les cadeaux. Chaque incarnation représente une divinité, une histoire de mérites, de miracles, le tout exprimé avec des costumes colorés, de la musique, de la poésie, de la peinture et de la danse,... Un spectacle haut en couleurs!

Par exemple, dans l'incarnation de la Neuvième Demoiselle (Cô Chin), la  femme médium porte une robe en quatre parties de couleur pêche. Elle exécute la danse des éventails pour les trois Déesses-mères et la danse du drapeau pour le roi. Elle peut aussi prédire l’avenir et guérir des maladies.

Le Septième Prince (ông Hoàng Bay), quand il revient sur Terre dans la peau du médium, porte un ao dài de jade brodé de motifs de dragons. Il danse avec un hèo - un instrument traditionnel -, boit du thé et fume des cigarettes.

Neuvième Princesse - déesse de la médecine et diseuse de bonne aventure.
Photo: candongsolinh.vn/CVN
Le costume comprend quatre couleurs principales: le rouge représente le Palais du Ciel, le vert les Montagnes et le Palais des Forêts, le blanc le Palais de l'Eau et le jaune le Palais de la Terre. Le costume de la Déesse-mère, des Dames et des Princesses est habituellement brodé de motifs de lotus et de fils irisés.

De plus, beaucoup de saints portent des costumes de groupes ethniques pour exprimer les caractéristiques de la culture vietnamienne, comme Deuxième Demoiselle des Montagnes, Demoiselle Cadette, Prince Cadet,…

Le Hâu dông est accompagné de chansons sur les esprits (appelées Châu van). Les incarnations de la Déesse-mère, des Princesses... louent souvent leur beauté, leur tempérament et leur descente sur Terre parmi les vivants. Le musicien déclame souvent des poèmes anciens, par exemple:

La grande déesse mère des montagnes et des forêts,
La puissante princesse qui contrôle tout le pouvoir des montagnes,
des forêts et des animaux.
 
(Hymne à la Deuxième Dame)

Un homme arrogant et agressif.
Pense peu d'elle, la Neuvième Demoiselle.
Il était fou, extrêmement fou.
Des centaines de maladies ruinent son corps pour toujours.

(Hymne à la Neuvième Demoiselle)

Une femme médium incarne la Seconde Princesse. Photo: VNA/CVN

Les instruments du Châu van sont généralement un luth en forme de lune, un petit tambour à deux têtes, une cymbale, un petit gong, parfois une cithare à seize cordes, une viole à deux cordes et une flûte en bambou.

Le 1er décembre 2016, à Addis Abeba, en Ethiopie, la "Croyance vietnamienne  en les Déesses-mères des Trois mondes", de 21 villes et provinces du Vietnam, a officiellement été inscrit par l'UNESCO sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Ta Huu Trung Quy/CVN
 
Est-ce votre article préféré?
Oui
Non
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’ancien ambassadeur de France et son amour spécial pour Hanoï

Bà Ria-Vung Tàu mise sur ses fêtes pour séduire plus Depuis 300 ans, la station balnéaire de Bà Ria-Vung Tàu occupe une place particulière dans le Sud du Vietnam. Dotée de paysages naturels exceptionnels et d’un riche patrimoine culturel et historique, le tourisme est un secteur économique majeur de cette province.