11/04/2021 10:00
Le Courrier du Vietnam publie cette semaine son 6.000e numéro. À cette occasion, le seul journal en langue française du Vietnam a reçu les compliments de nombreux partenaires et lecteurs. 
>>Le Courrier du Vietnam illustré
>>Le 17e anniversaire du Courrier du Vietnam célébré sur plusieurs octaves
>>Paroles des lecteurs : Le Courrier du Vietnam, le "courrier du cœur"


Source d’inspiration
de la presse francophone

 
Ne cherchez pas, chers lecteurs, l’événement majeur de ce mois d’avril n’est pas notre Songkran thaïlandais, sans eau cette année pour fêter l’entrée en 2564, mais bien le 6.000e numéro du Courrier du Vietnam

Par son parcours et sa longévité, ce seul journal en langue française du Vietnam est aussi une source d’inspiration pour tous les journaux et magazines de l’Asie du Sud-Est, car l’important pour des entreprises telles que les nôtres est de durer et de sans cesse nous renouveler, c’est une vraie gageure, mais c’est possible !

Le Courrier du Vietnam a une place prépondérante dans l’univers médiatique en étant l’un des bastions de la francophonie en Asie. Il est le pont reliant deux mondes : le Vietnam et la francophonie. Ce pont de 6.000 pierres est solide et pérenne, permettant par son exemplarité de consolider tous les autres ponts ici et ailleurs.

Le Pattaya Journal est un jeune enfant qui fête en ce mois d’avril son 50e numéro mensuel. Quand nous regardons notre aîné, cela donne forcément le vertige, mais aussi une motivation revigorante. Notre journal est donc fier de s’inspirer d’un tel modèle (notre sommaire d’avril en est la parfaite illustration) et de pouvoir apporter notre modeste témoignage à votre réussite.

Le Pattaya Journal souhaite au Courrier du Vietnam une longue vie, remplie de pages colorées où l’intérêt culturel le dispute au frisson artistique.

Vive la francophonie !

Frank Vassal, rédacteur en chef
du Pattaya Journal


La francophonie au Vietnam :
indispensable Courrier !

 
La francophonie est un art de vivre et de s’exprimer. Elle accompagne la marche quotidienne des pays où la langue de Molière est présente. C’est le cas du Vietnam, où l’empreinte de la langue et de la culture françaises dépasse fort heureusement la mémoire coloniale et les ravages de l’histoire.

Le Courrier du Vietnam arpente ces confins historiques et sociologiques depuis 6.000 numéros. Plus qu’une réussite, une histoire dans l’histoire qui mérite d’être saluée. Un article de journal est périssable. Il disparaît vite. Mais il ponctue l’actualité et ancre une langue dans les faits quotidiens. Il est le miroir d’un pays et de sa population.

Le Courrier est le miroir francophone du Vietnam. En route pour 6.000 autres numéros !
Richard Werly,
rédacteur en chef de Gavroche Thaïlande


Les 6.000 lotus de la presse
envoyés depuis le Vietnam

 
C’est avec grande fierté que nous participons tous à l’événement le plus important de la francophonie d’Asie du Sud-Est : le 6.000e numéro du Courrier du Vietnam !

La langue française possède des relais de qualité avec tous les journaux et magazines présents dans notre région, et pour le Vietnam francophone, Le Courrier du Vietnam est bel et bien la grande référence. Du fin fond des hauts plateaux aux portes du Yunnan, notre journal préféré porte haut et fort les couleurs de la francophonie avec rigueur et professionnalisme. Les versions numériques et en ligne permettent à ce beau magazine de dépasser les frontières et d’apporter à tous les francophones du monde des informations claires, vérifiées sous un regard avisé et différent, mais aussi des idées et des conseils dans plusieurs domaines, en particulier dans l’éducation et pour la promotion du français.

Dans cette perspective, les Éditions Didier FLE (https://didierfle.com) saluent avec force et profonde sympathie ce grand journal francophone. Elles sont très fières d’apporter tout leur soutien et leur engagement pour participer au développement de la langue française, auprès du public enfant, mais aussi des adolescents et des adultes. Plusieurs fois dans l’année, elles proposent des articles sur de nouvelles méthodes avec des conseils pédagogiques adaptés au public régional. Cette collaboration va continuer et se développer avec des articles répondant à des besoins précis et des webinaires régionaux de présentation et de formation.

"Cette langue française qui nous fonde et nous soude", disait le grand acteur Fabrice Lucchini. Le Courrier du Vietnam est indubitablement un des ambassadeurs majeurs de cette union autour de notre belle langue.
Axel Gauthier
Éditions Didier/FLE

En route pour de nombreuses années encore
 
Diffuseur de nouvelles locales, nationales et internationales en langue française, Le Courrier  du Vietnam se veut également un diffuseur de la culture vietnamienne sous tous ses aspects : gastronomique, historique, folklorique, et met aussi en vedette plusieurs personnalités agissant dans de nombreux domaines. Il m’a accompagnée pendant de nombreuses années, notamment quand je travaillais dans le milieu de l’éducation. Tous les matins, on le glissait sous la porte de ma chambre et ainsi, tout en prenant mon café, je le lisais de la première à la dernière page, attachant une importance particulière aux articles qui pouvaient me servir dans mon travail auprès des enseignants et des étudiants des classes bilingues.

Au fil des ans, il est passé de la version papier journal quotidien à la version magazine coloré hebdomadaire. Mais c’est toujours avec un grand plaisir qu’à chacun de mes retours au Vietnam du Québec, je me procure des exemplaires et me replonge dans la lecture du journal.

J’aime également la parution de numéros thématiques comme ceux dédiés à la nouvelle année avec ses articles sur les us et coutumes des différentes communautés et ethnies du pays ainsi que les numéros dédiés à la francophonie où l’on découvre les contributions scientifiques, littéraires ou autres des gens du pays aux avancées mondiales dans tous les domaines. Il est certain, que je continuerai, tant qu’il me sera possible, de rapporter des exemplaires du journal dans mes bagages lors de prochains séjours au Vietnam.

En attendant, à l’occasion de sa 6.000e parution, je souhaite à toute l’équipe de rédaction et de production, mes meilleurs vœux dans la poursuite de votre travail et longue vie au Courrier du Vietnam.
Huguette Proulx
Lectrice passionnée du Courrier du Vietnam

Une évasion de l'esprit
 
Quand je me suis abonnée à la revue du Courrier du Vietnam, franchement, je ne pensais pas lire autant d'articles à chaque parution. Ayant récemment retrouvé mes racines maternelles vietnamiennes, je tenais à découvrir ce pays que j'aime tellement. Et je ne suis pas déçue.

À chaque fois, la diversité, la qualité et le contenu des articles me font voyager. Je suis enchantée par les reportages que nous concoctent les journalistes, et les émotions sont toujours au rendez-vous.

Le COVID m'empêche de voyager, de venir au Vietnam mais le lien que je garde avec Le Courrier du Vietnam est une évasion de l'esprit. Autant d'articles de qualité pour un prix modeste, que dire de plus, que j'aime cette revue, tout comme j'aime ce pays qui me colle à la peau.

Un immense merci à tous les acteurs de cette magnifique revue.

Dominique Penhoat
Écrivaine

Au temps des dinosaures
 
Nous, les expatriés francophones de la fin des années 90, familièrement auto dénommés "les dinosaures", avons connu un Vietnam que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître.

Saïgon en ce temps-là, c’était quelques voitures, des vélos et cyclos et pas encore le tsunami des deux-roues motorisées, avec un nombre limité de Français se connaissant tous et pratiquant la solidarité...

La francophonie alors était réduite à la portion congrue face à l’invasion de l’anglais (ou plutôt du singlish) accompagnant la déferlante des investissements étrangers en provenance des pays de la région ! Heureusement un îlot de francophonie subsistait et résistait : Le Courrier du Vietnam, à l’époque à peine quelques feuilles dans un format frugal, constituait le seul élément de presse grand public qui soit francophone.

Il fut bientôt rejoint pour un public plus ciblé, par l’Écho des rizières, la revue de l’Association des Francophones au Vietnam, puis par la Librairie française Nam Phong qui venait ainsi accompagner Le Courrier du Vietnam dans la défense de la francophonie.

Et puis avec le temps et la persévérance, Le Courrier du Vietnam s’est renforcé et aussi embelli, papier glacé, couleurs abondantes et belles photos toutes les semaines à l’appui d’articles de fond sur des sujets couvrant l’actualité internationale mais aussi la culture et les traditions millénaires du pays ainsi que la découverte de ses multiples facettes touristiques et ethniques.
Nguyên Quôc Khánh
Librairie française Nam Phong

Encouragement pour un tournant numérique

J’ai connu Le Courrier du Vietnam dans les années 1990 quand mon Association France Indochine y fit l’objet d’un entrefilet.

Le Sommet  de l’OIF avait alors été organisé à Hanoï en 1997, pour la première fois en Asie, et finit avec l’Appel de Hanoï pour davantage de coopération entre pays francophones pour le développement économique.

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt les récentes livraisons du Courrier du Vietnam, dans lesquelles j’ai pu trouver pas mal de rubriques et de sujets passionnants, depuis la francophonie, bien entendu, jusqu’aux sports, en passant par la culture et la vie socio-économique du Vietnam et du monde francophone.

Quel progrès énorme tant sur la forme que le fond par rapport aux numéros du siècle dernier ! À mon humble avis de géopolitologue parisien, ce journal, une fois restructuré pour mieux s’adapter aux temps numériques modernes, pourrait servir de vecteur d’une importance inouïe pour projeter le pays plus loin et plus profondément dans le monde, et permettrait de toucher un plus grand nombre de lecteurs.

Il y a dix ans, dans un essai géostratégique pour l’Académie de géopolitique de Paris, j’ai appelé la francophonie à concevoir, dès l’époque, la création d’un "espace géoculturel francophone en Indopacifique pour plus de 50 millions de locuteurs francophones de la région, en s’appuyant, en ASEAN, sur l’Indochine et surtout le Vietnam, point d’ancrage et d’appui stratégique". Aujourd’hui, je commence à y croire plus fortement encore, renforcé dans ma conviction et mon espérance par la montée constante de la francophonie en Asie et par la montée rassurante et prometteuse du Courrier du Vietnam que j’espère davantage "numérique" dès que possible.

Prof. Jacques Nguyên Thái Son
Conseiller scientifique et diplomatique
de l’Académie de géopolitique de Paris
Président d’Interface Francophone Paris et de l’Association internationale pour la langue vietnamienne 2045.

Le Courrier du Vietnam
fête son 6.000e numéro !

 
Ça nous ramène au début des années 60 et aux prémices d’une longue et pénible guerre pour arriver jusqu’aux années fastes actuelles.

Le Courrier du Vietnam a donc suivi et accompagné cette évolution vers ce statut flatteur des années 2000, en rendant compte méthodiquement des différentes mutations de la société, de l’émergence économique du pays et des traditions vietnamiennes toujours bien vivantes.

Dans une langue, le français, qui demande aujourd’hui à être soutenue et valorisée, et sur un support, le papier, qui devient de plus une matière culte, tant la nouvelle génération tend à se tourner vers ces machines miniaturisées qui réduisent la dimension de la presse, au niveau du format et du rayonnement soit dit. Néanmoins, on peut parfaitement apprécier les nouveaux supports numériques et leurs formidables pouvoirs de communication, tout en gardant un œil sur la version papier qui tisse un lien utile, qu’il ne faudrait surtout pas briser, avec le passé et aussi avec notre histoire.

Sans oublier que le Français, langue de culture, doit être préservée, tout comme la Francophonie qui doit garder son organe de diffusion, dans un pays qui fut autrefois un des fleurons de la pratique de notre belle langue. Il subsiste d’ailleurs de nombreux mots d’origine française dans la langue Vietnamienne actuelle.

Honorons donc cette version papier quand nous la tenons entre les mains, elle est noble, et elle vient d’une imprimerie, en plus du travail des hommes qui la nourrissent intellectuellement, et c’est tout une activité qui se met en marche avant d’arriver au lecteur. 

Source d’information intarissable mise en valeur par de belles photos, la combinaison a fait ses preuves depuis des lustres, et mérite d’être visionnée à taille réelle. La version hebdomadaire permet également de meilleures respirations journalistiques, loin du buzz quotidien souvent malsain et sans profondeur. Avec une maquette de plus en plus performante et des couleurs en fête, le confort de lecture est là. Pourquoi s’en priver ? Vénérons donc ce contact sensuel avec la feuille et les mots qui sont dessus.

Partageons.
Vive le journal en papier et longue vie au Courrier du Vietnam !

Bruno Laurant
École internationale française Saint-Ange

Propos recueillis par Hervé Fayet/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’art au cœur du développement urbain de Hanoi

Un hôtel à Phu Yên parmi les meilleurs au monde Le magazine de voyage américain Travel and Leisure a nommé l’hôtel Zannier Bai San Hô, dans la province de Phu Yên, parmi les 73 meilleurs hôtels du monde en 2021. C'était le seul hôtel vietnamien à faire partie de cette liste compilée par les rédacteurs dudit magazine.